26 janvier 2017 / 13:42 / dans 8 mois

Zen face à Orange Bank, Oudéa (SocGen) voit Boursorama octupler

Serein face à l'irruption prochaine d'Orange Bank sur le marché de la banque en ligne en France, le PDG de la Société générale a déclaré jeudi à Reuters que sa filiale Boursorama pourrait à terme multiplier par huit le nombre de ses clients. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Serein face à l‘irruption prochaine d‘Orange Bank sur le marché de la banque en ligne en France, le PDG de la Société générale a déclaré jeudi à Reuters que sa filiale Boursorama pourrait à terme multiplier par huit le nombre de ses clients.

“Moi, j‘imagine très bien Boursorama, à terme, avec huit millions de clients”, a confié Frédéric Oudéa en marge du Paris Fintech Forum.

La banque en ligne de SocGen, qui frise actuellement le million de clients et en vise deux d‘ici 2020, ne devrait pas souffrir de la “rupture” tarifaire annoncée mercredi par le patron d‘Orange, dont la banque en ligne doit être lancée d‘ici quelques semaines.

“Nous avons nous-mêmes déjà une banque en ligne qui est en rupture en termes de tarifs et de nature de services”, estime Frédéric Oudéa alors que certains de ses homologues craignent que les ambitions d‘Orange n‘entraînent une guerre des prix et un effondrement des marges similaire à celui qui a suivi l‘entrée de l‘opérateur Free sur le marché de la téléphonie mobile.

“Je respecte totalement la concurrence, il y aura de plus en plus de concurrence, attendons de voir ; mais vu le positionnement tarifaire de Boursorama, j‘ai un peu de mal à voir effectivement comment on peut se différencier d‘une banque (Boursorama) qui est très, très, très bon marché.”

Fort de son portefeuille de 29 millions de clients mobiles en France et de son réseau de 650 boutiques, Orange espère s‘imposer rapidement dans le secteur bancaire, où il espère recruter deux millions de clients.

La nouvelle banque devrait aussi bénéficier de la mise en oeuvre en février de la loi Macron, qui doit faciliter les démarches des particuliers pour changer de banque.

POINT DE BASCULE

Tiré par ING Direct et Boursorama, la banque en ligne n‘a pas encore franchi le point de bascule anticipé par des analystes, où sa part de marché renverserait l‘hégémonie des réseaux traditionnels.

Frédéric Oudéa parie néanmoins “sur une croissance exponentielle” au fur et à mesure de l‘évolution des usages des clients.

“Ces évolutions de comportement prennent du temps mais elles se font”, estime-t-il, pronostiquant à terme une phase de consolidation dans un secteur financier digital où foisonnent les innovations portées par les fintechs, ces jeunes pousses innovantes.

“Sur la durée, un certain nombre de ces acteurs, soit n‘auront pas le bon ‘business model’, soit se feront racheter”, prédit le banquier.

Il estime que le secteur sera à horizon de dix ans composé “d‘acteurs avec des tailles plus importantes et qui seront capables, dans ces nouveaux modèles, d‘être rentables” grâce à des économies d‘échelle sur le marketing ou les investissements informatiques.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below