23 janvier 2017 / 18:26 / dans 10 mois

La livre atteint un pic de cinq semaines avant la Cour suprême

LONDRES (Reuters) - La livre britannique a atteint un pic de cinq semaines face au dollar lundi, les cambistes pariant sur un rejet de l‘appel du gouvernement contre un arrêt de justice qui l‘oblige à consulter le Parlement avant d‘activer officiellement les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l‘Union européenne.

La livre britannique a atteint un pic de cinq semaines face au dollar lundi, les cambistes pariant sur un rejet de l'appel du gouvernement contre un arrêt de justice qui l'oblige à consulter le Parlement avant d'activer officiellement les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. /Photo prise le 7 novembre/REUTERS/Dado Ruvic

La Première ministre Theresa May prendra connaissance à 09h30 GMT de la décision de la Cour Suprême.

En novembre, la Haute Cour a estimé que le gouvernement devait obtenir l‘aval du Parlement pour invoquer l‘article 50 du Traité de Lisbonne qui déclenchera officiellement la procédure de divorce avec l‘UE.

Dans l‘anticipation d‘un rejet de l‘appel -- une probabilité que le bookmaker Betfair chiffre à 90% -- la livre a grimpé jusqu‘à 1,2495 dollar lundi, son niveau le plus élevé depuis le 19 décembre.

Face à l‘euro, elle est remontée jusqu‘à 85,85 pence, en hausse de 0,6% sur la journée..

“Toute décision qui viendrait perturber (les plans du gouvernement) serait positive pour le sterling”, déclare Ian Gunner, gérant spécialiste des changes chez le fonds spéculatif Altana.

Theresa May entend invoquer l‘Article 50 d‘ici la fin mars et elle a détaillé la semaine dernière sa vision d‘un “Brexit dur” qui verrait Londres quitter le marché unique européen en même temps que l‘UE, au grand dam des investisseurs.

Le ton néanmoins conciliant employé par la Première ministre et le fait qu‘elle accepte le principe d‘un vote du Parlement au terme des négociations ont été bien accueillis par les marchés, le sterling s‘adjugeant alors 3% face au dollar.

“Un arrêt de la Cour suprême ordonnant que le Parlement ait son mot à dire sur le recours à l‘Article 50 est probablement déjà dans les cours”, dit Chris Turner, responsable de la recherche EMEA chez ING. “Mais si la Cour suprême donne en plus au Parlement un droit de regard sur les détails de la stratégie de sortie, alors le sterling pourra encore monter.”

“Il y aurait un risque important si la Cour donnait aussi voix au chapitre aux assemblées d‘Ecosse et d‘Irlande du Nord, ce qui pourrait potentiellement provoquer une crise constitutionnelle”, observe de son côté Nishtha Asthan, analyste chez Citi.

Jemima Kelly, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below