17 janvier 2017 / 11:58 / dans 8 mois

Les Bourses européennes en repli à mi-séance

Les Bourses européennes sont en repli de plus de 0,5% mardi vers la mi-séance. Vers 11h30 GMT le CAC 40 perd 0,71%, le Dax recule de 0,92% et le FTSE abandonne 0,39%. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Domanski

(Reuters) - Les Bourses européennes sont en repli de plus de 0,5% mardi vers la mi-séance, peu avant le discours que doit prononcer la Première ministre britannique Theresa May pour détailler les douze priorités des négociations relatives à la sortie de l‘Union européenne.

À Paris, le CAC 40 perd 0,71% (34,61 points) à 4.847,57 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,92% et à Londres, le FTSE abandonne 0,39%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 affiche un repli de 0,56%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro laisse 0,68% et le Stoxx 600, 0,60%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street également en repli, de 0,48%.

“Pas d‘appartenance partielle à l‘Union européenne, pas de membre associé de l‘UE, rien qui nous laisse à moitié dehors, à moitié dedans. Nous ne cherchons pas à adopter un modèle dont bénéficient déjà d‘autres pays”, devrait dire Theresa May, selon des extraits du texte diffusés par son cabinet, qui suggèrent que le Royaume-Uni s‘oriente vers un “Brexit dur”.

La crainte d‘une telle perspective pèse depuis des jours sur la livre. La devise britannique a perdu près de 20% par rapport au dollar et près de 14% par rapport à l‘euro depuis le vote en faveur du Brexit en juin dernier. Mais si elle reprend 1% face au dollar, à 1,2165, elle reste non loin de son creux de trois mois de 1,1983 touché lundi.

Les valeurs minières, notamment ArcelorMittal (-2,11%), souffrent sur les marchés européens après une séquence positive de six séances, en raison de la baisse des cours des métaux, qui poursuivent leur repli de la veille.

L‘indice des ressources de base recule de 1,40%, plus mauvaise performance sectorielle du jour, après avoir pris plus de 7% sur les six séances précédentes.

En repli de 1,23%, l‘indice des valeurs automobiles affiche la deuxième plus forte baisse des indices sectoriels en Europe en dépit des bons chiffres du marché automobile européen, qui a encore progressé de 3,2% en décembre.

Le secteur reste affaibli par les menaces de Donald Trump d‘imposer des droits de douanes prohibitifs sur les voitures produites au Mexique destinées à l‘exportation vers les Etats-Unis.

En repli de 1,33% Peugeot affiche l‘une des plus fortes baisses du CAC 40, tandis que Volkswagen, Daimler et BMW, continuent à peser sur le Dax. Les trois constructeurs allemands reculent respectivement de 1,95%, 1,52% et 1,20%.

A Londres, le motoriste Rolls-Royce Plc, qui a annoncé avoir accepté de s‘acquitter d‘une série d‘amendes infligées par les autorités britanniques, américaines et brésiliennes pour solder une affaire de corruption, réalise la meilleure performance de l‘indice phare des 600 plus grandes valeurs de la zone euro. Le titre avance de près de 8%.

Standard Chartered, prend plus de 5,31%, bénéficiant du changement de recommandation de BAML, qui est passé de “conserver” à “acheter”.

A Francfort, le numéro un européen de la vente en ligne, Zalando a fait état d‘une croissance moins prononcée que prévu de ses ventes au quatrième trimestre, Le groupe allemand cède près de 5%, accusant la plus forte baisse du Stoxx 600.

A Milan, Mediaset est également dans le rouge (-4,04%), tout comme Vivendi (-1,38%) à Paris. L‘autorité de tutelle du secteur des communications en Italie (AGCOM) a pourtant démenti une information de presse selon laquelle elle jugerait toute offre de rachat du groupe français sur le diffuseur italien inacceptable.

A Paris, Alstom est en repli de plus de 2%, après avoir publié un chiffre d‘affaires et des commandes largement en deçà des attentes au titre de son troisième trimestre.

Ailleurs sur le marché des changes, le dollar perd du terrain face au yen (-1,16%) à 112,86, et recule de 0,56% face à un panier de devises de références à 100,6100.

Sur le marché pétrolier, le cours du Brent regagne du terrain avec un gain de 1,27% à 56,57 dollars.

Helen Reid et Nigel Stephenson, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below