6 janvier 2017 / 20:26 / il y a un an

Trois hausses des taux américains en 2017 ne sont pas impossibles

CHICAGO (Reuters) - Charles Evans, le président de la Réserve fédérale de Chicago plutôt connu pour ses positions accommodantes en matière de politique monétaire, a déclaré vendredi que la banque centrale américaine pouvait relever ses taux d‘intérêt à trois reprises cette année si les statistiques économiques à venir se révèlent meilleures que prévu.

Charles Evans, le président de la Réserve fédérale de Chicago plutôt connu pour ses positions accommodantes en matière de politique monétaire, a déclaré vendredi que la banque centrale américaine pouvait relever ses taux d'intérêt à trois reprises cette année si les statistiques économiques à venir se révèlent meilleures que prévu. /Photo d'archives/REUTERS/Kevin Lamarque

“Je pense toujours qu‘un total de deux hausses est une projection raisonnable (...) mais tout dépendra de l‘évolution des données macro-économiques et si elle sont supérieures aux attentes, trois ne sera plus un chiffre invraisemblable”, a-t-il lors d‘une conférence.

Charles Evans, qui prend part cette année au vote du comité de politique monétaire de la Fed, s‘est également dit optimiste au sujet de la croissance américaine, ajoutant que l‘inflation devrait atteindre l‘objectif de 2% de la banque centrale d‘ici deux ou trois ans.

Le 15 décembre, la Réserve fédérale américaine a relevé son principal taux directeur d‘un quart de point et elle a dit s‘attendre à une accélération du rythme des hausses de taux en 2017, la Fed semblant ainsi s‘adapter aux promesses de baisse des impôts, de hausse des dépenses et de dérégulation de la future administration Trump.

Dans un discours qu‘il aurait du prononcer à Baltimore, Jeffrey Lacker, président de la Fed de Richmond, estime que la Fed devra peut-être relever ses taux à un rythme plus soutenu que ce qu‘anticipent actuellement les intervenants de marché si les mesures de Donald Trump dopent l‘économie américaine.

L‘intervention de Jeffrey Lacker, qui ne prendra pas part au vote du comité de politique monétaire, a été annulée en raison d‘une urgence familiale. Son discours, préparé à l‘avance, a été lu par un autre responsable de la Fed de Richmond.

Jeffrey Lacker, craignant des pressions inflationnistes, souhaite un rythme de hausses des taux plus soutenu que la plupart de ses collègues.

Ann Saphir et Jason Lange, avec la contribution de Lindsay Dunsmuir à Chicago, Benoît Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below