29 décembre 2016 / 21:22 / il y a un an

Le réal brésilien a pris 21,5% en 2016, la Bourse 38,9%

SAO PAULO (Reuters) - Le marché boursier brésilien et le réal ont connu en 2016 leur meilleure année depuis 2009 avec des gains respectifs de 21,5% et 38,9%, portés par l‘espoir que le nouveau président Michel Temer parviendra à contenir les dépenses publiques.

Le réal brésilien a connu en 2016 sa meilleure année depuis 2009 avec un gain de 21,5%. Le réal a fini la séance de jeudi en hausse de 1% à 3,2492 pour un dollar. /Photo d'archives/REUTERS/Ricardo Moraes

Le réal, qui restait sur cinq années de pertes, a fini la séance de jeudi en hausse de 1% à 3,2492 pour un dollar. Sa progression de 21,5% sur l‘année constitue de loin la meilleure performance des devises d‘Amérique latine et la deuxième des devises émergentes derrière le rouble russe.

La monnaie brésilienne avait perdu plus de la moitié de sa valeur entre 2011 et 2015, les inquiétudes sur la dette publique du pays venant s‘ajouter à la méforme générale des marchés émergents.

L‘indice Bovespa de la Bourse de Sao Paulo a pris pour sa part 38,9% en 2016 et sa hausse calculée en dollars a atteint 68,8%, ce qui le classe en tête des marchés émergents.

La compagnie pétrolière Petróleo Brasileiro (Petrobras) et la banque Banco do Brasil, toutes deux contrôlées par l‘Etat, ont vu leurs cours de Bourse doubler.

Les marchés ont le vent en poupe depuis la suspension puis la destitution de la présidente socialiste Dilma Rousseff et son remplacement par le centriste Michel Temer, qui a fait du redressement des comptes publics l‘une des priorités de son gouvernement.

La poursuite du mouvement haussier en 2017 dépendra de la capacité de Michel Temer à mettre en oeuvre les réformes qu‘il a promises alors que des accusations de corruption pèsent sur plusieurs membres de son administration, jugent des économistes et analystes.

Des doutes persistent également quant à la politique de relance promise par le président élu Donald Trump aux Etats-Unis. Si la Réserve fédérale y répond en augmentant les taux d‘intérêt plus que prévu, la demande pour les actifs brésiliens à haut rendement s‘en trouvera affectée, prévient Jason Vieira, chef économiste chez Infinity Asset Management Ltda.

“Il est difficile de dire laquelle de ces forces prévaudra”, dit-il.

Les analystes interrogés par Reuters voient le réal faiblir à 3,49 pour un dollar à un horizon de 12 mois, à comparer à son niveau actuel autour de 3,25%. Signe d‘une incertitude accrue, leurs estimations s‘échelonnent de 2,98 à 3,88.

Le gouvernement de Michel Temer vise un déficit budgétaire primaire (hors paiement de la dette) de 163,9 milliards de reais (48 milliards d‘euros) en 2016, qu‘il compte ramener à 143 milliards en 2017.

L‘endettement du pays n‘en devrait pas moins représenter 76,9% du produit intérieur brut (PIB) en 2017 contre 70,5% en novembre.

Les marchés brésiliens seront fermés vendredi.

Bruno Federowski et Claudia Violante, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below