28 décembre 2016 / 13:47 / il y a 9 mois

L'économie égyptienne se reprendra dans six mois, promet Sissi

Le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi (photo), a déclaré mercredi que la situation économique difficile du pays s'améliorerait dans six mois et a appelé la population et les investisseurs à aider le gouvernement dans sa lutte contre la hausse des prix. /Photo d'archives/REUTERS/Cathal McNaughton

LE CAIRE (Reuters) - Le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi, a déclaré mercredi que la situation économique difficile du pays s‘améliorerait dans six mois et a appelé la population et les investisseurs à aider le gouvernement dans sa lutte contre la hausse des prix.

En déplacement à Ismaïlia, près du canal de Suez, pour l‘inauguration d‘un élevage piscicole, il a salué l‘attitude des Egyptiens face à l‘impact des réformes économiques parfois rudes mises en oeuvre ces derniers mois.

“Les efforts pour atténuer ces effets sont considérables”, a-t-il déclaré. “Je ne le dis pas qu‘au gouvernement, je le dis aussi aux citoyens, aux entrepreneurs et aux investisseurs: restez au côté de votre pays, l‘Egypte, pendant six mois seulement et vous trouverez la situation bien meilleure qu‘elle ne l‘est actuellement.”

Le Caire a pris les marchés de court le 3 novembre dernier en laissant flotter la livre égyptienne par rapport au dollar américain, ce qui s‘est traduit par une nette dépréciation de la monnaie.

Cette mesure a permis au gouvernement d‘obtenir le feu vert définitif du Fonds monétaire international à un programme de prêts de 12 milliards de dollars (11,5 milliards d‘euros). Les autorités égyptiennes espèrent que l‘aide du FMI permettra de relancer une croissance entravée par l‘instabilité politique depuis le soulèvement de 2011 ayant chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak.

A son arrivée au pouvoir en 2013, Abdel Fattah Al Sissi a promis des réformes économiques et le retour à la stabilité mais la situation précaire des finances publiques - le déficit budgétaire avoisine 12% du produit intérieur brut (PIB) - l‘a contraint à engager des réformes économiques impopulaires, notamment la diminution des subventions à certains produits et services de première nécessité.

Les tarifs de l‘électricité ont ainsi été relevés de 25% à 40% et une TVA de 13% a été introduite en août.

L‘inflation en Egypte dépasse actuellement 19% et le pays continue de souffrir d‘une pénurie de devises étrangères qui fragilise un peu plus une économie très largement dépendante des importations.

Omar Fahmy, Delphine Bernard-Bruls pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below