28 décembre 2016 / 10:06 / dans un an

Toshiba chute encore en Bourse, sa note de crédit dégradée

TOKYO (Reuters) - Les ennuis de Toshiba, confronté à la perspective d‘une dépréciation de plusieurs milliards de dollars, ont continué mercredi avec un plongeon de 20% en Bourse et une dégradation de sa note de crédit par Standard & Poor‘s.

Les ennuis de Toshiba, confronté à la perspective d'une dépréciation de plusieurs milliards de dollars, ont continué mercredi avec un plongeon de 20% en Bourse et une dégradation de sa note de crédit par Standard & Poor's. Le titre Toshiba avait déjà perdu 12%. /Photo d'archives/REUTERS/Toru Hanai

Le titre Toshiba avait déjà perdu 12% mardi, ce qui signifie que 5 milliards de dollars (4,8 milliards d‘euros) ont été effacés de sa valeur boursière en deux jours.

Pour la première fois depuis 7 ans, la valorisation de Toshiba est tombée en dessous de celle de son rival Sharp.

Dans ce contexte, Standard & Poor’s a abaissé la note du conglomérat japonais, déjà en catégorie spéculative, de B à B-, avec une perspective négative.

Toshiba a annoncé mardi prévoir une charge pour dépréciation de plusieurs milliards de dollars liée à une acquisition dans le nucléaire aux Etats-Unis et a laissé entendre qu‘il pourrait devoir procéder à une augmentation de capital.

Le montant de la dépréciation n‘a pas été communiqué car il est encore en cours d‘évaluation et pourrait être finalisé mi-février, selon Toshiba, qui n‘a pas non plus donné de détails sur les mesures qu‘il envisageait de prendre.

La perte prévue est liée à l‘acquisition l‘an dernier par Westinghouse Electric, filiale nucléaire de Toshiba, d‘un fournisseur américain de services.

A la suite de cette acquisition, Westinghouse et le vendeur, Chicago Bridge & Iron, ont fait appel à une expertise indépendante pour résoudre un différend sur la valorisation des actifs concernés.

L‘annonce a fait l‘effet d‘une bombe en Bourse, ravivant les craintes pesant sur le groupe après le scandale comptable de l‘an dernier.

Toshiba se remet à peine de ce scandale de 1,3 milliard de dollars (1,24 milliard d‘euros) et d‘une dépréciation de la valeur de Westinghouse de 260 milliards de yens (2,1 milliards d‘euros) sur son dernier exercice fiscal annuel.

Makiko Yamazaki; Patrick Vignal pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below