27 décembre 2016 / 15:29 / il y a 9 mois

Fincantieri a déposé la seule offre pour STX France, selon une source

L'italien Fincantieri a déposé la seule offre pour les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) auprès d'un tribunal de Corée du Sud. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi

MILAN/PARIS (Reuters) - L‘italien Fincantieri a déposé la seule offre pour les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) auprès d‘un tribunal de Corée du Sud, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Un porte-parole de ce tribunal sud-coréen chargé du dossier a déclaré mardi matin qu‘une seule offre avait été déposée, sans préciser l‘identité du candidat.

A l‘origine, quatre repreneurs potentiels avaient manifesté leur intérêt pour la reprise de tout ou partie de STX Offshore & Shipbuilding, groupe sud-coréen en redressement judiciaire et propriétaire à 66% des chantiers de Saint-Nazaire.

Deux offres européennes pour le constructeur de paquebots de croisière et de navires de guerre étaient attribuées à l‘italien Fincantieri et à un consortium conduit par le néerlandais Damen, auxquels devait s‘associer dans les deux cas le constructeur naval militaire français DCNS.

Un porte-parole de DCNS s‘est refusé à tout commentaire sur l‘offre déposée, rappelant seulement que le groupe avait discuté avec Fincantieri et Damen et que ces discussions se poursuivraient avec le repreneur dont la proposition serait retenue.

Le secrétariat d‘Etat français à l‘Industrie a précisé à Reuters qu‘il ne comptait pas communiquer sur le sujet avant le 3 janvier, date à partir de laquelle la justice sud-coréenne pourrait faire connaître sa décision.

Christophe Sirugue avait averti que la France pèserait dans le choix du repreneur de STX France.

Les deux moyens dont dispose Paris sont la minorité de blocage d‘un tiers détenue par l‘Etat dans STX France et le classement de ces chantiers dans les industries stratégiques.

Les carnets de commandes des chantiers de Saint-Nazaire sont pleins et les syndicats, comme les élus locaux, redoutent que la reprise de STX France par un groupe étranger n‘ouvre la porte à une main-mise chinoise sur cette activité florissante.

Christophe Sirugue avait aussi vu les repreneurs européens potentiels des chantiers de Saint-Nazaire, dont Fincantieri.

DCNS, dont l‘Etat français est actionnaire à 62%, fera partie du montage, avait ajouté le secrétaire d‘Etat à l‘Industrie.

Le 18 octobre dernier, le tribunal sud-coréen avait décidé que STX serait vendu en deux entités ou en bloc, avec une préférence pour cette dernière solution.

Elisa Anzolin, avec Cyril Altmeyer à Paris, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below