23 décembre 2016 / 11:38 / il y a 8 mois

Avec l'allemand SAG, Spie grossit d'un quart et bondit en Bourse

PARIS (Reuters) - Spie a annoncé vendredi un accord pour l'acquisition de SAG, leader allemand des services aux infrastructures d'énergie, ce qui va augmenter d'un quart sa taille et accélérer son expansion sur un marché convoité par tous les spécialistes du secteur.

La Bourse salue une opération structurante pour Spie et annoncée comme fortement relutive. Le titre du spécialiste français des services multitechniques dans les domaines de l'électricité et des communications, introduit en juin 2015 sur Euronext Paris, fait un bond de 9,6% à 19,90 euros à 15h57 et touche un nouveau plus haut historique dans des volumes d'échanges sept fois plus importants que leur moyenne.

Spie, qui a réalisé régulièrement ces dernières années des acquisitions mais de plus petite taille, signe ici la plus grosse opération de son histoire. Le projet, qui devrait être bouclé d'ici le printemps prochain sous réserve du feu vert des autorités de la concurrence, est valorisé à environ 850 millions d'euros.

"C'est un pas en avant majeur pour le développement stratégique de Spie, qui nous fait gagner plusieurs années sur nos plans de développement en Allemagne", a expliqué Gauthier Louette, PDG du groupe, au cours d'une téléconférence avec les analystes financiers et les investisseurs, ajoutant qu'il lorgnait SAG depuis dix ans.

Le secteur des infrastructures électriques fait l'objet de grandes manoeuvres de la part de pure-players comme Spie ou des filiales énergie des géants du BTP. Tous sont attirés par la demande croissante pour des projets clés en main de plus en plus complexes, et donc rémunérateurs, et par la demande suscitée par la recherche d'économies d'énergie et le développement de la "smart grid".

MARCHÉ PROMETTEUR

Le marché est particulièrement prometteur en Allemagne, où un vaste programme de rajeunissement des infrastructures de transport d'électricité a vu le jour en raison de l'âge du réseau mais aussi de la décision du pays de sortir du nucléaire et de développer l'énergie éolienne. Cette forme d'électricité renouvelable nécessite un important réaménagement des lignes électriques entre zones de production, situées plutôt dans le nord de l'Allemagne, et grands lieux de consommation, plutôt dans le sud.

L'acquisition de SAG, leader du secteur en Allemagne mais aussi en Europe centrale, auprès du fonds d'investissement EQT aura un impact positif sur le bénéfice par action ajusté de Spie d'environ 12% en 2017 et d'environ 15% en 2018, avant impact des synergies.

Le groupe français compte mettre en oeuvre sous deux ans des synergies liées aux achats, aux dépenses administratives, opérationnelles, support et foncières pour environ 20 millions d'euros avant impôts.

La valorisation de SAG représente 11,0 fois l'Ebita attendu pour 2016, avant impact des synergies, et 8,8 fois en incluant l'impact complet des synergies. Elle inclut un paiement en numéraire de 460 millions d'euros et un engagement net de retraite de 390 millions d'euros (après impôts).

CRÉDIT-RELAIS

La transaction sera financée par une nouvelle ligne de crédit-relais confirmée et son impact sur l'endettement financier net de Spie sera de 460 millions d'euros, conduisant à un levier d'endettement (ratio endettement financier net/Ebitda) pro forma à fin 2016 (attendu) "pas plus élevé que 3,0 fois", souligne Spie.

Au cours de la téléconférence, le directeur financier Denis Chêne a précisé que l'objectif était de retrouver un levier normal d'environ 2,5 fois d'ici la fin 2018.

SAG, selon les données fournies par son acquéreur, devrait générer en 2016 un chiffre d'affaires d'environ 1,3 milliard d'euros, contre 5,3 milliards pour le groupe Spie en 2015, et un Ebita d'environ 77 millions d'euros.

Société centenaire, elle réalise près de 75% de ses ventes en Allemagne mais est aussi présente en Slovaquie, République tchèque, Pologne, Hongrie et France.

Elle emploie environ 8.000 personnes dans plus de 170 sites, contre 38.000 personnes pour le groupe Spie sur près de 600 sites dans 38 pays.

Des sources avaient dit à Reuters en novembre que Spie et Vinci étaient en concurrence pour acheter SAG et s'apprêtaient à faire des offres. A la Bourse de Paris, l'action Vinci gagne 0,4% dans un marché quasi inchangé.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below