9 décembre 2016 / 14:10 / dans 10 mois

Coca-Cola change de directeur général

Coca-Cola a annoncé vendredi que son PDG Muhtar Kent (photo) serait remplacé par son adjoint James Quincey à compter du 1er mai 2017. /Photo d'archives/REUTERS/Soe Zeya Tun

(Reuters) - Coca-Cola a annoncé vendredi que son PDG Muhtar Kent démissionnerait le 1er mai 2017 et serait remplacé par son adjoint James Quincey, une décision qui était attendue.

Kent, 64 ans, qui était directeur général depuis mai 2008, conservera ses fonctions de président du conseil d‘administration.

Quincey, 51 ans, est salarié de Coca-Cola depuis 1996; il est devenu “chief operating officer” (COO) en août 2015 et on lui attribue plusieurs changements intervenus récemment, comme des bouteilles de taille réduite et la diminution du sucre.

L‘action Coca-Cola était en hausse de 2,8% à 42,12 dollars en matinée à Wall Street.

“Je connais James et l‘apprécie; je pense que la société a fait un investissement judicieux pour son avenir avec ce choix”, a déclaré Warren Buffett, directeur général du fonds d‘investissement Berkshire Hathaway, principal actionnaire du numéro un mondial des boissons non alcoolisées.

“Cette succession était largement prévisible, évoquée depuis que Quincey a été désigné COO. Il est bien vu et, à 51 ans, il a encore plein de temps devant lui”, observe Andrew Holland, analyste de Société Générale.

“Ca va dans le bon sens car Quincey est un réaliste qui n‘aura de cesse de diversifier la gamme des boissons et d‘améliorer la distribution locale en re-franchisant”, renchérit Caroline Levy, analyste de CLSA.

L‘action Coca-Cola a gagné 61% et les ventes ont augmenté de 39% depuis que Kent occupe la direction générale. Mais les ventes diminuent ces trois dernières années, le sucre dans les boissons gazeuses étant considéré par les diététiciens et le gouvernement comme l‘une des causes de l‘obésité.

C‘est pourquoi Coca-Cola poursuit un recentrage sur les boissons non gazeuses, réduit ses coûts en vendant ses opérations d‘embouteillage et s‘emploie à réduire le sucre dans ses boissons pour faire face à un ralentissement des ventes.

Les boissons gazeuses représentent cependant encore 70% environ des ventes en volume.

Sruthi Ramakrishnan et Abhijith Ganapavaram, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below