3 novembre 2016 / 20:17 / dans un an

Facebook pèse sur Wall Street, 8e repli consécutif pour le S&P

La Bourse de New York a fini en baisse de 0,16% jeudi, l'indice Dow Jones cédant 28,49 points à 17.931,15. /Photo prise le 31 octobre 2016/REUTERS/Brendan McDermid

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en baisse jeudi, plombée par le recul de Facebook dans un marché resté nerveux à cinq jours de l‘élection présidentielle américaine.

L‘indice Dow Jones a cédé 28,97 points, soit 0,16%, à 17.930,67, n‘ayant pu conserver son avance après être monté jusqu‘à 18.000 points en début de séance.

Le Standard & Poor‘s-500, plus large, a perdu 9,28 points ou 0,44% à 2.088,66, sa huitième séance consécutive de baisse -- une série sans précédent depuis la crise financière de 2008. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 47,16 points (0,92%) à 5.058,41, enchaînant lui aussi une huitième baisse d‘affilée.

Facebook, plus forte contribution à la baisse du S&P et du Nasdaq, a perdu 5,67% après avoir dit prévoir un ralentissement de la croissance de son chiffre d‘affaires ce trimestre. Le titre du réseau social a reculé en séance jusqu‘à un plus bas de trois mois de 119,50 dollars, effaçant quelque 20 milliards de dollars de capitalisation.

Le Dow Jones, qui ne comprend pas Facebook parmi ses 30 composantes, a logiquement mieux résisté que les deux autres principaux indices mais a lui aussi pâti des incertitudes entourant le résultat de l‘élection présidentielle de mardi.

La remontée du candidat républicain Donald Trump dans les sondages face à son adversaire démocrate Hillary Clinton, favorite des marchés, a continué de préoccuper les esprits.

“Jusqu‘à la semaine prochaine, le marché va rester volatil et continuer de dériver avec un biais légèrement baissier car le scrutin semble incroyablement serré et il y a un manque de visibilité politique”, dit John Brady, directeur général chez R.J. O’Brien & Associates à Chicago. “Le marché est nerveux et les gens se disent qu‘il vaut mieux rester sur la touche.”

“Avec le resserrement des sondages, l‘inquiétude porte sur ce que pourrait être une présidence Trump et cette éventualité n‘est pas encore intégrée dans les cours”, ajoute Ernie Cecilia, responsable des investissements chez Bryn Mawr Trust dans la localité du même nom en Pennsylvanie.

L‘indice CBOE de la volatilité, considéré comme un baromètre de l‘anxiété des investisseurs, a grimpé de 14% à 22,08, au plus haut depuis la fin juin.

Autre signe négatif, le nombre de valeurs ayant touché des plus bas de 52 semaines sur le New York Stock Exchange et le Nasdaq a nettement dépassé celui des plus hauts.

Le dollar a dans le même temps continué de céder du terrain pendant que l‘or, en hausse de 0,4% à plus de 1.300 dollars l‘once, bénéficiait de son statut de valeur refuge.

Les cours du pétrole ont de leur côté accusé une cinquième séance consécutive de baisse, les investisseurs restant sceptiques quant à une réduction de la production de l‘Opep alors que les stocks de brut aux Etats-Unis ont nettement augmenté la semaine dernière.

FITBIT PLONGE DE 33%

Huit des 11 grands indices sectoriels S&P ont fini en repli avec en tête le compartiment de la pharmacie et celui des technologiques, en baisse de 1% l‘un et l‘autre.

A la pharmacie, les fabricants de génériques ont en réaction à des informations de presse selon lesquelles de premières sanctions pourraient tomber d‘ici la fin de l‘année dans l‘enquête en cours aux Etats-Unis sur les méthodes de marketing et de fixation des prix dans le secteur. Mylan a décroché de 6,90% et Lannett de 26,6%, tandis que le titre coté à New York du géant israélien Teva perdait 9,53%.

L‘indice Nasdaq Biotech a reculé de 2,91%.

Les techs ont été tirés à la baisse par Facebook mais aussi par Fitbit. Le fabricant de bracelets connectés a plongé de 33,57% à 8,51 dollars, après un plus bas record à 8,38, après avoir communiqué pour le trimestre en cours des prévisions bien inférieures aux attentes des analystes.

Dans son sillage, le spécialiste des caméras d‘action GoPro a perdu 7,01% dans la crainte d‘une annonce similaire lors de la publication de ses résultats à la clôture.

A la hausse, le fabricant de puces programmables Lattice Semiconductor a bondi de 18,52% après l‘annonce de son rachat pour 1,3 milliard de dollars par Canyon Bridge Capital Partners, un fonds financé par des intérêts chinois.

Le loueur de voitures Avis Budget (+12,80%), le logisticien XPO Logistics (+6,38%) et le groupe de médias Twenty-First Century Fox (+7,28%) ont bénéficié de résultats trimestriels meilleurs que prévu.

Starbucks, qui publiait à la clôture, grimpait de 6,7% dans les échanges électroniques après l‘annonce d‘un chiffre d‘affaires meilleur que prévu mais GoPro plongeait de 23%, ayant en effet réduit ses prévisions.

Quelque 7,4 millions de titres ont changé de mains sur les différents marchés américains, à comparer à une moyenne de 6,5 milliards sur les 20 dernières séances.

avec Tanya Agrawal à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below