2 novembre 2016 / 12:17 / il y a un an

Les marchés européens restent dans le rouge à mi-séance

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes restent dans le rouge mercredi à mi-séance, en passe d‘aligner leur huitième séance de baisse d‘affilée, la nervosité accrue avant l‘élection présidentielle américaine du 8 novembre incitant les investisseurs à fuir les actifs à risque pour chercher refuge auprès du yen et de l‘or.

Les Bourses européennes restent dans le rouge mercredi à mi-séance, en passe d'aligner leur huitième séance de baisse d'affilée, la nervosité accrue avant l'élection présidentielle américaine du 8 novembre incitant les investisseurs à fuir les actifs à risque pour chercher refuge auprès du yen et de l'or. À Paris, le CAC 40 perd 0,57% à 4.444,71 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,71% et à Londres, le FTSE cède 0,33%. /Photo d’archives/REUTERS/Alex Domanski

Les marchés, qui pariaient sur une victoire d‘Hillary Clinton, voient le républicain Donald Trump rattraper sa rivale dans les sondages depuis l‘annonce vendredi de l‘ouverture d‘une enquête du FBI sur de nouveaux courriels de la candidate démocrate lorsqu‘elle était secrétaire d‘Etat.

La dernière moyenne réalisée par le site Real Clear Politics ne la crédite plus que de 2,2 points d‘avance, à 47,5% des intentions de vote contre 45,3% pour son adversaire républicain. Un sondage d‘ABC News montre même une avance d‘un point de Trump et le Los Angeles Times lui donne une avance de deux points.

À Paris, l‘indice CAC 40 perd 0,57% à 4.444,71 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,71% et à Londres, le FTSE cède 0,33%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,41%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro 0,70% et le Stoxx 600 0,40%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street stable ou en très légère baisse.

“Trump resserre l‘écart avec Clinton. Les marchés (...) sont tombés de ce fait dans une configuration d‘aversion au risque ces derniers jours”, écrivent les analystes de Rabobank dans une note à leurs clients.

“Tout en restant très loin d‘une situation de panique, cette tendance montre clairement que les intervenants des marchés prennent leurs précautions.”

La prudence des investisseurs est renforcée par l‘attente de l‘issue de la réunion de la Réserve fédérale, en fin de journée. La plupart des observateurs ne s‘attendent pas à voir la Fed modifier sa politique monétaire avant décembre mais ils guetteront le communiqué attendu à 18h00 GMT dans l‘espoir d‘y trouver de nouvelles indications sur l‘évolution à venir des taux d‘intérêt.

De bonnes nouvelles sur la croissance dans l‘industrie en Europe, avec des indices PMI en zone euro et en Allemagne à des pics de près de trois ans et un indice pour la France à son plus haut niveau en deux ans et demi, limitent les pertes.

En Europe, la plupart des secteurs sont en repli à l‘exception de quatre secteurs défensifs, dont la pharmacie qui prend 0,83%. Les bancaires (-1,58%), ainsi que l‘automobile (-1,82%), affecté par une baise des ventes de voitures en Allemagne, accusent les plus nets reculs.

Les banques italiennes sont particulièrement touchées par la baisse du secteur, notamment Monte dei Paschi di Sienne qui lâche près de 4% en réaction au retrait par l‘ex-ministre Corrado Passera de son plan de sauvetage de la banque.

Aux valeurs, Hugo Boss (+6,3%) figure parmi les plus fortes hausses du Stoxx 600. Le marché salue l‘annonce par la griffe allemande d‘une reprise de ses ventes en Chine et d‘un relèvement de son objectif de réduction des coûts cette année.

Le géant danois du transport maritime A.P. Moller Maersk en revanche chute de 9,3% après une baisse de 44% de son bénéfice trimestriel, à un niveau inférieur aux attentes du marché, son activité de porte-conteneurs ayant accusé une perte à la suite d‘une nouvelle baisse des taux de fret.

Sur le marché des changes, le dollar recule face au yen et à l‘euro. Les traders vendent la monnaie américaine notamment parce qu‘ils pensent que Donalde Trump favoriserait un dollar faible avec une politique protectionniste.

Le peso mexicain, la devise la plus sensible aux spéculations sur la présidentielle en raison de l‘enjeu politique et économique du scrutin pour le Mexique, se traite à son plus bas niveau depuis un mois contre le dollar.

Le pétrole perd du terrain pour la quatrième séance d‘affilée dans l‘attente des statistiques de gouvernement après la publication la veille par l‘Agence d‘information du l‘Energie de stocks plus importants que prévu aux Etats-Unis.

Jamie McGeever, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below