10 décembre 2015 / 06:44 / dans 2 ans

L'emploi salarié revu en baisse au 3e trimestre

PARIS (Reuters) - L‘emploi salarié dans les secteurs marchands non agricoles est resté stable au troisième trimestre en France, selon les données publiées jeudi par l‘Insee, qui revoit en baisse son évolution après l‘avoir donné en hausse de 0,1% dans son estimation “flash” publiée à la mi-novembre.

L’EMPLOI SALARIÉ EN FRANCE

Neuf cent postes ont été détruits au cours du trimestre, ramenant leur total à 15.847.900.

L‘institut a confirmé dans le même temps la hausse de 0,2% intervenue au deuxième trimestre, en relevant le nombre de postes créés au cours de la période (28.400 contre 23.800 indiqué précédemment).

Sur un an à fin septembre, le niveau de l‘emploi salarié est en hausse de 0,2%, avec la création nette de 37.600 postes.

Au troisième trimestre, l’emploi a continué de reculer dans la construction (-0,8%, 10.200 postes détruits) et dans l’industrie (-0,5%, avec 14.600 postes détruits), qui n‘a pas été en situation de création nette d‘emplois depuis début 2001.

Pour la construction, il s‘agit du 14e trimestre consécutif de destruction d‘emplois.

Mais l‘emploi dans le secteur tertiaire dans son ensemble a augmenté de 0,2%, avec 23.900 postes créés après 47.900 au deuxième trimestre, dont 16.400 dans le seul secteur de l‘intérim.

Hors intérim, l’emploi du secteur tertiaire a diminué de 0,1% sur le trimestre.

L‘Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) a annoncé séparément que la masse salariale du secteur privé avait progressé de 0,3% au troisième trimestre après +0,2% au deuxième trimestre. Son glissement annuel s‘établit à 1,6%.

Cette hausse s‘explique par une progression de 0,1% du nombre des salariés au cours du trimestre dans le secteur privé en France, dont elle chiffre les effectifs à 17,8 millions, et une augmentation de 0,1% du salaire mensuel moyen par tête, un rythme similaire à celui du trimestre précédent.

Sur un an, le salaire moyen par tête affiche une progression de 1,4%.

Ces évolutions doivent être mises en regard d‘un taux d‘inflation (hors tabac) de -0,5% au cours du 3e trimestre et de +0,0% sur les douze mois à fin septembre.

Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below