4 décembre 2015 / 07:44 / dans 2 ans

La Banque de France baisse sa prévision de croissance pour 2016

La Banque de France attend toujours une croissance de 1,2% de l'économie française en 2015 mais a revu en baisse ses prévisions pour les deux années à venir, tablant sur un PIB en hausse de 1,4% en 2016 puis 1,6% en 2017. /Photo prise le 22 novembre 2015/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - La Banque de France attend toujours une croissance de 1,2% de l‘économie française en 2015 mais a revu en baisse ses prévisions pour les deux années à venir, tablant sur un PIB en hausse de 1,4% en 2016 puis 1,6% en 2017.

Ces prévisions semestrielles diffusées vendredi sont en ligne avec celles des organisations internationales. Pour l‘OCDE, le FMI et la Commission européenne, elles se situent entre 1,3% et 1,5% pour l‘an prochain, 1,6% et 1,7% pour 2017.

Dans les précédentes, publiés début juin, la Banque de France anticipait une croissance de 1,8% en 2016 puis 1,9% en 2017.

Le gouvernement table lui sur 1,0% en 2015, puis 1,5% en 2016 comme en 2017.

S‘agissant de l‘inflation, la Banque de France a également revu en baisse ses précédentes estimations et prévoit un taux IPCH (harmonisé pour permettre les comparaisons européennes) de 0,1% cette année puis une remontée à 1,0% l‘an prochain et 1,5% en 2017.

L‘inflation sous-jacente (hors énergie et alimentaire) se situerait selon elle à 0,6% en 2015 puis 1,1% en 2016 et 1,3% en 2017.

Pour le contenu de la croissance, les économistes de l‘institution voient la consommation des ménages progresser à +1,6% cette année et continuer d‘évoluer ensuite quasiment au même rythme (+1,5% en 2016 et 2017).

L‘investissement des entreprises accélérerait à +3,4% l‘an prochain puis +3,3% en 2017 par rapport à 2015 (+1,9%).

La Banque de France escompte toujours une baisse progressive du chômage à partir de 2016, avec un taux qui passerait à 10,0% contre 10,2% en 2015 puis 9,7% en 2017 en France métropolitaine.

Elle prévoit encore un déficit public ramené à 3,8% du PIB en 2015, au même niveau que les prévisions gouvernementales, et une baisse de celui-ci à 3,4% l‘an prochain (contre 3,3% dans la trajectoire officielle des finances publiques).

“En poursuivant les efforts de maîtrise des dépenses publiques, la France devrait être capable de respecter la cible de 3,0% de déficit nominal en 2017, lui permettant de sortir de la procédure de déficit excessif”, conclut-elle.

Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below