2 décembre 2015 / 10:55 / il y a 2 ans

L'AIIB prévoit de prêter 10 à 15 milliards de dollars par an

PEKIN (Reuters) - La nouvelle banque chinoise de développement envisage de prêter de 10 à 15 milliards de dollars (9,4-14,2 milliards d‘euros) par an les cinq ou six premières années, a déclaré l‘homme qui en prendra la présidence.

Selon Jin Liqun, futur président de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (AIIB), la nouvelle banque chinoise de développement envisage de prêter de 10 à 15 milliards de dollars (9,4-14,2 milliards d'euros) par an les cinq ou six premières années. /Photo prise le 9 septembre 2015/REUTERS/Kim Hong-Ji

La Banque asiatique d‘investissement dans les infrastructures (AIIB) devrait être inaugurée vers la fin décembre et prévoit d‘être opérationnelle au deuxième trimestre 2016, a dit Jin Liqun.

La banque mènera ses opérations en dollars mais prendra en compte des demandes de financement dans d‘autres devises, dont le yuan, a-t-il ajouté.

Le capital autorisé de l‘AIIB sera de 100 milliards de dollars, divisés en titres d‘une valeur nominale de 100.000 dollars.

La banque devrait prêter de 1,5 à 2 milliards de dollars l‘année de son lancement avant d‘accélérer nettement, a dit Jin lors d‘un forum d‘entreprises européennes mardi.

“Les années normales, avec un capital déposé de $100 milliards, je pense que nous prêterons de $10 à 15 milliards par an, les cinq ou six premières années”, a-t-il dit.

Conçue sur le modèle de la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, qu‘elle est susceptible de concurrencer, l‘AIIB a déjà attiré une cinquantaine de pays.

Malgré l‘opposition de Washington, plusieurs alliés des Etats-Unis, dont l‘Australie, la Grande-Bretagne, l‘Italie, les Philippines et la Corée du Sud, ont déjà rejoint l‘institution.

La Chine possédera 26,06% des droits de vote et détiendra une participation de 30,34% dans l‘AIIB, a fait savoir le ministère chinois des Finances.

La participation et les droits de vote de la Chine comme des autres membres fondateurs seront progressivement dilués à mesure que de nouveaux pays intégreront l‘AIIB, a-t-il souligné.

Le futur président de l‘institution a tenté d‘apaiser les craintes, exprimées notamment par Washington, que l‘AIIB ne devienne un instrument au service de Pékin et des entreprises publiques chinoises.

Une trentaine de pays attendent d‘être admis, a fait valoir Jin.

“Ils ne rejoindront pas la banque s‘ils sont convaincus qu‘elle sera l‘instrument du gouvernement chinois”, a-t-il dit .

Michael Martina; Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below