30 novembre 2015 / 17:23 / dans 2 ans

Le FMI approuve l'entrée du yuan dans son panier de devises

WASHINGTON (Reuters) - Le conseil d‘administration du Fonds monétaire international(FMI) a donné lundi son accord à l‘intégration du yuan dans son panier de devises de référence, un feu vert qui consacre l‘internationalisation de la monnaie chinoise et l‘accession de Pékin parmi les toutes premières économies de la planète.

Le conseil d'administration du Fonds monétaire international a donné son accord lundi à l'intégration du yuan chinois dans le panier de devises qui lui sert de référence, un feu vert qui consacre l'internationalisation de la monnaie chinoise et l'accession de Pékin parmi les toutes premières économies de la planète. /Photo d'archives/ REUTERS/Nicky Loh

Le yuan, également appelé renminbi, rejoindra le dollar américain, l‘euro, la livre sterling et le yen japonais au sein du panier qui sert au FMI à calculer ses “droits de tirage spéciaux” (DTS), l‘actif de réserve international de l‘institution.

Le yuan représentera 10,92% du panier du FMI. Concrètement, cette pondération correspond à la part du yuan dans les devises que les 188 pays membres du FMI pourront recevoir en échange des DTS reçus du Fonds.

Après l‘annonce du FMI, le yuan “offshore” a progressé légèrement, gagnant 0,3% à 6,4245 yuans pour un dollar. Le marché des changes a plus généralement réagi avec modération à une nouvelle largement attendue. Le billet vert a ainsi progressé légèrement (+0,15%) face à un panier de devises de référence dans un volume d‘échanges limité.

Pour être intégré dans le panier des DTS, le yuan devait respecter un certain nombre de critères, à commencer par son utilisation comme instrument de paiement international et son usage régulier et large sur les marchés de changes, condition qu‘il ne remplissait pas lors du dernier réexamen du panier en 2010.

La directrice générale du FMI, qui était favorable à l‘entrée du yuan dans le panier des DTS, souhaite que le gouvernement chinois aille plus loin dans les réformes. “La poursuite et l‘intensification de ces efforts rendront plus robuste le système monétaire et financier international, ce qui soutiendra la croissance et la stabilité de la Chine et de l‘économie mondiale”, écrit Christine Lagarde dans un communiqué.

PEU D‘EFFETS IMMÉDIATS

La Chine a déjà entrepris ces dernières années d‘importantes réformes visant à renforcer le statut de monnaie internationale du yuan, notamment en nouant des accords de “swaps” (échanges de devises) avec différents pays pour permettre le paiement en yuan des échanges commerciaux bilatéraux.

Pékin a parallèlement élargi la fourchette dans laquelle le yuan est autorisé à fluctuer et progressé vers la libéralisation des taux d‘intérêt de marché.

Mais certains événements des derniers mois ont ravivé les doutes sur la volonté chinoise de poursuivre sur cette voie : après une chute de plus de 40% des marchés boursiers chinois, les autorités ont durci les conditions de sortie des capitaux de la République populaire pour freiner les ventes de yuans et sont massivement intervenues sur le marché des devises, en Chine et à Hong Kong.

En se réjouissant de la nouvelle venue du FMI, la Banque populaire de Chine a promis de poursuivre sa politique de réformes. “La Chine accélèrera son soutien aux réformes financières et sa politique d‘ouverture”, lit-on dans un communiqué de la BPC.

Dans l‘immédiat, la décision du FMI est essentiellement symbolique et n‘aura que peu d‘effets instantanés sur les marchés financiers. Mais c‘est la première fois que l‘organisation basée à Washington intègre une nouvelle devise dans son panier et il s‘agit de la modification la plus importante apportée à la composition de celui-ci en 35 ans.

QUATRIÈME RANG MONDIAL

Pour l‘instant, ce panier est composé à 41,9% de dollars américains, à 37,4% d‘euros, à 11,3% de livres sterling et à 9,4% de yens japonais. Le yuan ne devrait pas l‘intégrer avant octobre 2016.

Une fois les pondérations réajustées, le poids de l‘euro, celui de la livre sterling et celui du yen dans le panier du FMI devraient être réduits tandis que celui du dollar devrait peu varier.

Selon les chiffres du gestionnaire privé de transactions internationales SWIFT, la monnaie chinoise se classait en août au quatrième rang mondial en termes de paiements effectués, avec 2,8% des transactions globales, derrière le dollar, l‘euro et la livre sterling.

L‘entrée de la monnaie chinoise dans le panier du FMI devrait alimenter la demande de yuans et d‘actifs libellés en yuans, les banques centrales et les grands investisseurs privés ajustant leurs portefeuilles en conséquence.

Certains analystes spécialisés estiment cette nouvelle demande potentielle à plus de 500 milliards de dollars (475 milliards d‘euros) et qu‘elle pourrait porter la part de la devise chinoise dans les réserves mondiales à environ 5% d‘ici quelques années, ce qui lui permettrait de dépasser le dollar canadien et le dollar australien.

“Je suis très enthousiaste à l‘idée de l‘entrée du yuan dans le panier des DTS”, a déclaré Douglas Borthwick, directeur exécutif de Chapdelaine Foreign Exchange. “Je pense que ce sera très favorable au système financier chinois alors qu‘il développe un marché obligataire à court terme pour vraiment accueillir les gérants de réserves de changes et leurs avoirs en yuans. Tout cela n‘est que positif.”

Marc Angrand et Patrick Vignal pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below