11 juin 2015 / 11:57 / dans 2 ans

Les négociations sur la dette grecque bloquent

La perspective d'un accord imminent sur la dette de la Grèce s'est brusquement éloignée jeudi avec le départ de Bruxelles des équipes de négociateurs du Fonds monétaire international et du gouvernement grec, le FMI allant jusqu'à évoquer des "divergences majeures" entre Athènes et ses créanciers. /Photo prise le 11 juin 2015/REUTERS/Yannis Behrakis

WASHINGTON/BRUXELLES (Reuters) - La perspective d‘un accord imminent sur la dette de la Grèce s‘est brusquement éloignée jeudi avec le départ de Bruxelles des équipes de négociateurs du Fonds monétaire international et du gouvernement grec, le FMI allant jusqu‘à évoquer des “divergences majeures” entre Athènes et ses créanciers.

La rencontre entre le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s‘est en outre conclue sans la moindre annonce alors que des responsables européens ont ensuite affirmé qu‘il s‘agissait de la “dernière tentative pour rendre un accord possible”.

Cette situation apparente de blocage, conjuguée à l‘avalanche de mises en garde qui s‘est abattue sur le gouvernement grec, a brusquement douché l‘optimisme né des différentes réunions organisées la veille. Un haut responsable de l‘Union européenne jusqu‘alors pessimiste sur la possibilité d‘un compromis avait même jugé qu‘il y avait désormais “de bonnes chances” de conclure un accord la semaine prochaine, à temps donc pour que l‘Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro puisse en débattre lors de sa prochaine réunion, le 18 juin.

Déjà fermée lorsque ce retournement de situation est intervenu, la Bourse d‘Athènes a fini la séance sur un bond de 8,16%. Les principales Bourses européennes, qui étaient en revanche toujours ouvertes, ont pour leur part effacé la majeure partie de leurs gains.

La Grèce doit trouver 1,6 milliard d‘euros d‘ici la fin du mois pour rembourser des échéances dues au FMI sous peine de faire défaut sur sa dette, ce qui risquerait de provoquer sa sortie de la zone euro et d‘entraîner cette dernière dans des turbulences imprévisibles.

DIFFÉRENCE D‘APPROCHE

“Il y a des divergences majeures entre nous dans la plupart des domaines essentiels”, a déclaré un porte-parole du FMI, Gerry Rice, à des journalistes à Washington.

“Il n‘y eu aucun progrès récemment pour combler ses divergences et nous sommes donc bien loin d‘un accord”, a-t-il ajouté en annonçant le départ des négociateurs du FMI.

L‘ensemble de la délégation grecque participant aux discussions techniques avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI est aussi partie de la capitale belge pour regagner Athènes, a-t-on appris de source grecque.

Le porte-parole du gouvernement grec, Gabriel Sakellaridis, a néanmoins déclaré ensuite qu‘Athènes était prêt à intensifier les discussions en vue de conclure un accord “même dans les prochains jours”.

Il a cité comme points à discuter “la question budgétaire et la viabilité de la dette”.

A Washington, le porte-parole du FMI a pour sa part désigné comme points de blocage les questions des retraites, de la fiscalité et du financement des mesures envisagées.

Ces deux déclarations illustrent la différence d‘approche entre la Grèce et ses créanciers. La première considère qu‘une restructuration de la dette doit faire partie de tout compromis alors que pour les seconds, la question de la dette ne doit intervenir que dans un deuxième temps, une fois un accord conclu sur un ensemble de réformes en échange du versement d‘une aide.

La rencontre entre Jean-Claude Juncker et Alexis Tsipras ne semble pas avoir permis de concilier les deux points de vue. “Entre dans la chambre de torture”, a lancé le président de la Commission européenne au Premier ministre grec au moment de commencer leur entretien.

SENTIMENT D‘URGENCE

Le président du Conseil européen a pour sa part laissé transparaître son exaspération à l‘égard du gouvernement grec, élu en janvier sur la promesse de mettre fin à l‘austérité.

“Nous n‘avons plus le temps de marchander. Le jour arrive, je le crains, où quelqu‘un va dire que la partie est terminée”, a dit Donald Tusk lors d‘une conférence de presse.

“Il est parfaitement évident que nous avons besoin de décisions, pas de négociations”, a-t-il ajouté en exhortant les Grecs à se montrer “plus réalistes”.

Ce sentiment d‘urgence a aussi été exprimé par Pierre Moscovici.

“Il faut vraiment que les discussions s‘intensifient et soient productives (...), j‘aime beaucoup la tragédie grecque mais je pense que maintenant il faut vraiment passer au ‘happy ending’”, a dit le Commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, en jugeant qu‘Athènes avait “encore des efforts à faire” en matière de propositions de réformes.

Dans un discours prononcé à Londres, Jens Weidmann, le président de la Bundesbank allemande, a lui aussi jugé que “le temps presse et le risque de cessation de paiement augmente de jour en jour.”

“Les effets de contagion d‘un tel scénario sont certainement mieux contenus qu‘ils ne l‘étaient dans le passé mais ils ne doivent pas être sous-estimés”, a-t-il ajouté.

Pour parvenir à un compromis, expliquent des responsables européens, le gouvernement Tsipras doit présenter de nouvelles propositions d‘économies budgétaires et de recettes fiscales. Ces propositions doivent remplacer la réduction des pensions de retraite et les hausses de taxes qu‘il refuse catégoriquement, afin d‘assurer un excédent budgétaire primaire, c‘est-à-dire hors service de la dette.

Des sources proches des discussions ont déclaré que les deux parties s‘étaient rapprochées d‘un accord sur un objectif d‘excédent primaire mais que le désaccord persistait sur les moyens d‘y parvenir, les experts de l‘UE et du FMI doutant que les mesures proposées par Athènes soient suffisantes.

Marc Angrand et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below