27 avril 2015 / 12:57 / il y a 2 ans

La Grèce remanie son équipe de négociations avec ses créanciers

ATHENES (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a remanié lundi l‘équipe chargée des négociations avec les créanciers de la Grèce au sujet de sa dette après les critiques qui se sont abattues sur son ministre des Finances Yanis Varoufakis à la suite de la réunion de l‘Eurogroupe vendredi à Riga.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a remanié lundi l'équipe chargée des négociations avec les créanciers de la Grèce au sujet de sa dette après les critiques qui se sont abattues sur son ministre des Finances Yanis Varoufakis à la suite de la réunion de l'Eurogroupe vendredi à Riga. /Photo prise le 23 avril 2015/REUTERS/Kostas Tsironis

Yanis Varoufakis est une nouvelle fois apparu isolé lors de cette réunion avec ses homologues de la zone euro en Lettonie, dont il est revenu les mains vides.

L‘Eurogroupe a ainsi averti le gouvernement grec qu‘il n‘obtiendrait le déblocage d‘une nouvelle tranche d‘aide financière qu‘en échange d‘un plan de réformes économiques complet et détaillé, et que le délai pour y parvenir était de plus en plus court.

Le ministre grec des Finances, dont le style et le discours peu conventionnels déplaisent à certains de ses pairs, ne s‘est ensuite pas rendu au dîner officiel organisé à l‘issue de cette réunion, ce qui lui a valu des critiques de certains médias et des appels à la démission de la part de parlementaires de l‘opposition.

L‘annonce du remaniement de l‘équipe de négociation a été saluée par les Bourses européennes, qui se sont retournées à la hausse.

La Bourse d‘Athènes progressait pour sa part de 4,37% vers 14h40 GMT, portée par les banques avec +9,34% pour leur indice sectoriel.

Le rendement des obligations d‘Etat grecques à deux ans, orienté à la hausse avant cette annonce, chutait de 250 points de base pour revenir à 23,44%, un creux de deux semaines.

VAROUFAKIS SOUS SURVEILLANCE

Alexis Tsipras et ses principaux collaborateurs se sont réunis dimanche et ils ont exprimé leur soutien au ministre des Finances, a dit un responsable gouvernemental grec.

Ils ont aussi décidé que Yanis Varoufakis superviserait une nouvelle équipe de négociateurs dont la coordination a néanmoins été confiée à Euclide Tsakalatos, ministre délégué aux Affaires économiques internationales au sein du ministère des Affaires étrangères.

“Le soutien au ministre des Finances Yanis Varoufakis, qui a été pris pour cible par les médias internationaux, a été confirmé au cours de cette réunion”, a dit le responsable gouvernemental.

“Le ministre des Finances agit constamment conformément aux décisions collectives et à aux orientations définies par la tête du gouvernement”, a-t-il ajouté.

La désignation d‘Euclide Tsakalatos à un poste de coordinateur de l‘équipe de négociation donne toutefois à penser que ce professeur d‘économie diplômé de l‘université d‘Oxford, né en 1960, exercera un rôle accru dans les discussions directes avec les représentants des créanciers de la Grèce (Union européenne et Fonds monétaire international).

Autre choix renforçant cette impression de mise sous surveillance de Yanis Varoufakis, son secrétaire général Nikos Theocharakis, qui dirigeait les discussions au niveau technique avec le “groupe de Bruxelles”, va désormais s‘attacher à élaborer un programme de croissance économique destiné à servir de base à un accord avec les créanciers en juin.

George Chouliarakis, considéré comme un proche de l‘influent vice-Premier ministre Yannis Dragasakis, va prendre la responsabilité des discussions avec le groupe de Bruxelles.

Enfin, une nouvelle équipe a aussi été constituée pour collaborer avec les représentants de l‘UE et du FMI chargés de la collecte des informations à Athènes sur la situation de la Grèce.

La Grèce continue cependant d‘inquiéter les marchés. Il y a 40% de chances qu‘elle quitte la zone euro, selon une enquête Reuters auprès des traders sur les marchés monétaires publiée lundi. Une autre enquête réalisée la semaine dernière auprès d‘économistes évaluait ce risque à 28%.

De son côté, Vitor Constancio, vice-président de la Banque centrale européenne (BCE) s‘est dit confiant au sujet de la capacité de la Grèce à conclure un accord avec ses créanciers.

Bertrand Boucey et Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison et Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below