24 avril 2015 / 16:18 / il y a 3 ans

Total veut céder son activité de distribution en Turquie

ISTANBUL (Reuters) - Total souhaite céder son activité de distribution de carburants en Turquie et a mandaté dans ce but la Société générale, a-t-on appris vendredi de plusieurs sources.

Total souhaite céder son activité de distribution de carburants en Turquie et a mandaté dans ce but la Société générale, selon trois sources proches du dossier. Les prix des carburants en Turquie sont plus élevés que dans la plupart des pays d'Europe mais le poids de la fiscalité et de la réglementation limite la rentabilité de cette activité, d'autant que le marché compte quelque 70 acteurs différents. /Photo d'archives/REUTERS/Wolfgang Rattay

Les prix des carburants en Turquie sont plus élevés que dans la plupart des pays d‘Europe mais le poids de la fiscalité et de la réglementation limite la rentabilité de cette activité, d‘autant que le marché compte quelque 70 acteurs différents.

C‘est la raison pour laquelle Total souhaite se désengager, ont expliqué trois sources proches du dossier qui ont requis l‘anonymat.

Deux d‘entre elles ont précisé que la Société générale avait été choisie pour conduire le possible processus de cession.

“La rentabilité de la distribution de carburants est soumise à d‘importantes pressions en Turquie. D‘autres compagnies étrangères pourraient emboîter le pas”, a dit l‘une des sources.

Pour une autre source, “quand la part de marché est faible et le réseau de stations peu important, les marges sont pressurées, ce qui laisse peu d‘arguments en faveur d‘une poursuite de l‘activité.”

“De plus gros acteurs pourraient trouver un moyen de survivre mais la part de marché de Total est relativement faible.”

Un porte-parole de Total n‘a pas souhaité faire de commentaire. La Société générale s‘est refusée à tout commentaire dans l‘immédiat.

Total ne détient que 5% du marché turc de la distribution de carburants, évalué à 80 milliards de livres (27 milliards d‘euros) selon les statistiques de l‘autorité de tutelle du secteur, l‘EPDK, ce qui place le groupe français au sixième rang.

Créée en 1992, la filiale turque de Total emploie indirectement environ 10.000 personnes et exploite quelque 440 stations-service, un parc relativement réduit par rapport aux 2.200 stations du numéro un du marché, Petrol Ofisi.

Une cession des activités de distribution ne signeraient pas un retrait complet de Total de Turquie puisque le groupe y vend aussi des produits chimiques.

Humeyra Pamuk et Asli Kandemir, avec Michel Rose et Matthias Blamont à Paris, Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below