20 mars 2015 / 16:08 / il y a 2 ans

Euronext veut surfer sur la vague des technologiques en Europe

Euronext veut miser sur le potentiel des valeurs technologiques et a pour ambition de devenir le marché leader sur ce secteur en Europe, a déclaré à Reuters Anthony Attia, PDG d'Euronext Paris. /Photo d'archives/Axel Schmidt

PARIS (Reuters) - Euronext veut miser sur le potentiel des valeurs technologiques et ambitionne de devenir le marché leader sur ce secteur en Europe, a déclaré à Reuters Anthony Attia, PDG d'Euronext Paris.

L'an dernier, 30 sociétés du secteur technologique ont levé au total 1,2 milliard d'euros sur Euronext à l'occasion de leur introduction en Bourse (IPO), sur un total de 50 IPO pour un montant de 10,8 milliards d'euros de fonds levés.

Sur EnterNext, la filiale de l'opérateur dédiée à la promotion et au développement des PME-ETI (Entreprises de taille intermédiaire), 27 introductions en Bourse ont concerné l'an dernier des sociétés innovantes (sur un total de 31) pour une levée de 544 millions d'euros (740 millions d'euros au total).

"Nous souhaitons devenir le hub de référence en Europe pour les valeurs technologiques. Nous croyons au potentiel de ce secteur", a déclaré à Reuters Anthony Attia.

"Il n'y a pas d'offre en Europe aujourd'hui égalant EnterNext sur ce segment et c'est un marché sur lequel il y a un rôle à jouer (...) La 'French Tech' bénéficie d'une très bonne image", a-t-il estimé.

La France dispose d'un vivier d'entreprises technologiques, qu'il s'agisse de sociétés de biotechnologies, de medtechs (technologies médicales), de cleantechs (technologies liées à l'énergie et à l'environnement) ou encore de groupes évoluant dans les objets connectés et les TMT (Technologies, Médias et Télécommunications).

LANCEMENT D'UN LABEL TECH

Anthony Attia a rappelé la présence accrue d'Euronext sur ce terrain, également en région, où l'opérateur cherche à familiariser les entreprises au financement par les marchés financiers.

"Jusqu'à il y a peu, ces entreprises ne considéraient pas le marché comme une source de financement. Nous aimerions que les entreprises considèrent désormais Euronext comme un choix naturel", a-t-il expliqué.

Pour répondre à son ambition, l'opérateur va lancer dans les semaines qui viennent un label Tech dédié à une quarantaine de "pépites" des secteurs TMT, cleantech et sciences de la vie (biotech et medtech).

"Ces sociétés bénéficieront de services premium, dont l'inclusion dans un indice. L'objectif est de promouvoir, accompagner et donner de la visibilité aux sociétés Tech européennes de croissance", a indiqué Anthony Attia.

Interrogé sur la concurrence que peut représenter le Nasdaq, qui tient lieu de référence mondiale dans ce domaine, et sur lequel Criteo, spécialiste français de la publicité en ligne, s'est introduit en octobre 2013, Anthony Attia a souligné le besoin d'une exposition en Europe pour la plupart des sociétés technologiques.

"D'ailleurs, si on fait le compte des entreprises de ce secteur, les entreprises françaises restent dans leur très grande majorité en Europe pour être cotées sur les marchés financiers", a-t-il observé.

L'indice CAC Mid & Small est notamment composé à près de 45% de sociétés technologiques (TMT, cleantech et sciences de la vie).

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below