5 mars 2015 / 06:54 / il y a 3 ans

Carrefour confirme son redressement avec un solide exercice 2014

Le directeur financier de Carrefour Pierre-Jean Sivignon (à droite) et le secrétaire général Jérôme Bédier. Le deuxième distributeur mondial a enregistré en 2014 des résultats annuels en forte hausse pour la deuxième année consécutive, confirmant le redressement opérationnel entamé sous la houlette de son PDG Georges Plassat. /Photo prise le 5 mars 2015/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - Carrefour a publié jeudi des résultats annuels en forte hausse pour la deuxième année consécutive, confirmant le redressement opérationnel entamé sous la houlette de son PDG Georges Plassat.

Porté par de solides performances en France, malgré un environnement difficile et une féroce guerre des prix, ainsi qu‘au Brésil - ses deux principaux marchés -, le distributeur a vu son résultat opérationnel courant grimper de 6,7% à 2,387 milliards d‘euros en 2014 et de 10,6% à taux de change constants.

“Il s‘agit d‘une très belle année pour Carrefour, qui confirme la pertinence de son projet déployé depuis plus de deux ans”, s‘est félicité le directeur financier Pierre-Jean Sivignon, nommé directeur général délégué par intérim pendant l‘absence de Georges Plassat, en convalescence après une intervention chirurgicale.

Carrefour a fait savoir mercredi soir que son PDG serait de retour avant la fin du mois d‘avril et ses dirigeants ont écarté jeudi tout scénario de dissociation des fonctions de président et de directeur général, estimant que ce sujet n‘était “pas du tout d‘actualité”.

Le deuxième distributeur mondial avait déjà fait état d‘une solide progression de ses ventes annuelles, avec une performance positive en France dans tous ses formats, une stabilisation de ses ventes en Europe pour la première fois en plus de six ans et une brillante avancée au Brésil.

Ces chiffres ont été salués par le marché, où le titre grimpe de 2,2% à 30,32 euros à 15h45, alors que l‘indice CAC 40 avance de 0,8%.

Les analystes de Citi saluent “des résultats solides”, tandis que ceux de Jefferies estiment que le groupe est “idéalement positionné pour profiter d‘une hausse attendue du revenu disponible en Europe en 2015”.

MOINS DE BAISSES DE PRIX

En 2015, Carrefour entend poursuivre ses efforts d‘amélioration de sa rentabilité et d‘économies de coûts dans sa chaîne logistique sans baisser la garde sur son “image prix” alors que l‘année s‘annonce peut-être moins redoutable que 2014 en matière de guerre commerciale.

“Il y a moins de raisons de penser qu‘il y aura encore des baisses”, a laconiquement observé Jérôme Bédier, secrétaire général, assurant aussi l‘intérim comme DG délégué.

Cette année, dernière année du plan de redressement en trois ans énoncé par Georges Plassat, Carrefour va aussi porter l‘effort sur son cash-flow libre, très surveillé par le marché, tout en indiquant que les investissements resteront encore élevés et pèseront donc encore pendant deux ans sur sa génération de trésorerie. Cette dernière a cependant fortement augmenté en 2014, à 306 millions d‘euros contre 26 millions.

Carrefour va ainsi encore investir 2,5 à 2,6 milliards d‘euros en 2015 (après 2,4 milliards en 2014) dans la rénovation de son parc de magasins en France et au Brésil et le développement du “multicanal” (ventes couplées internet-magasins) devenu stratégique pour les distributeurs.

En France, le principal chantier de Carrefour portera sur la remise à niveau des magasins Dia rachetés l‘an dernier au groupe espagnol du même nom. Les magasins devraient bénéficier de 80 à 100 millions d‘euros d‘investissements, passer sous les enseignes de proximité de Carrefour ou sous celle de ses supermarchés (Market) et être à l‘équilibre en 2017.

CHANGEMENT DE MODÈLE EN CHINE

Le groupe a amélioré ses performances opérationnelles dans toutes les régions à l‘exception de la Chine où il souffre de la chute de la pratique des “shopping cards”, sorte de cartes-cadeaux qui représentaient plus de 20% de ses ventes.

Carrefour, qui a ralenti le nombre de ses ouvertures en Chine, n‘entend pas pour autant y réduire la voilure et s‘apprête à se lancer dans la proximité au très fort potentiel de croissance après avoir internalisé sa logistique.

La rentabilité a progressé de 20 points en France ainsi qu‘en Europe grâce au redressement de l‘Espagne, tandis qu‘elle a grimpé de 40 points à 4,9% en Amérique latine.

Au total, Carrefour a amélioré sa marge opérationnelle de 20 points à 3,2%, faisant mieux que son concurrent Casino qui a vu la progression de sa marge limitée par la baisse des ventes de ses enseignes alimentaires en France et par une dynamique plus ralentie au Brésil.

Le bénéfice net ajusté a grimpé de 11,9% à 1,040 milliard d‘euros et le bénéfice net des activités poursuivies de 24,6% à 1,182 milliard grâce à une baisse des frais financiers.

Le dividende a été porté à 0,68 euro, contre 0,62 euro.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below