24 février 2015 / 17:43 / il y a 2 ans

Augmenter le capital d'Areva n'est pas la priorité, dit Macron

L'Etat français prendra ses responsabilités vis-à-vis d'Areva mais une augmentation de capital n'est pas la priorité aujourd'hui, a déclaré Emmanuel Macron à Reuters. /Photo prise le 23 février 2015/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - L'Etat français prendra ses responsabilités vis-à-vis d'Areva mais une augmentation de capital n'est pas la priorité aujourd'hui, a déclaré Emmanuel Macron mardi à Reuters.

Le ministre français de l'Economie a précisé que l'Etat ne prévoyait pas de vendre des actions EDF ou GDF Suez pour financer un soutien au groupe d'énergie nucléaire qui a annoncé une perte de près de 5 milliards d'euros en 2014.

Prié de dire si une augmentation de capital était inévitable, Emmanuel Macron a répondu : "Cela n'est pas la priorité aujourd'hui. Areva a beaucoup de choses à faire elle-même. Et c'est ceci qui sera annoncé la semaine prochaine."

Areva doit normalement publier ses résultats annuels le 4 mars.

"L'Etat prendra ses responsabilités de manière évidente", a ajouté Emmanuel Macron en marge d'une visite au Salon de l'agriculture.

A la question de savoir si un partenariat pouvait être envisagé avec des acteurs chinois sur les mines d'Areva, il a répondu : "Il y plusieurs options possibles qui sont à la main de l'entreprise."

Quant à vendre des actions EDF ou GDF pour financer une augmentation de capital, "aucune de ces options n'est sur la table", a dit Emmanuel Macron.

Geert de Clercq, édité par Jean-Baptiste Vey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below