17 février 2015 / 17:03 / il y a 2 ans

Les discussions sur le Rafale avec le Qatar à un "stade final"

Les discussions sur la vente de 36 Rafale de Dassault Aviation au Qatar sont parvenues à un "stade final", dit-on de source proche du dossier. La France est aussi en contact direct avec la Malaisie sur la vente de 16 Rafale, tandis que les discussions ont repris avec les Emirats arabes unis pour vendre jusqu'à 60 avions de combat. /Photo prise le 13 février 2015/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Les discussions sur la vente de 36 Rafale de Dassault Aviation au Qatar sont parvenues à un "stade final", a-t-on appris mardi de source proche du dossier, au lendemain de la signature du premier contrat à l'export de l'avion de combat, avec l'Egypte.

La France est aussi en contact direct avec la Malaisie pour la vente de 16 Rafale, avion qui fait figure de favori, et les discussions ont repris avec les Emirats arabes unis pour une transaction qui pourrait concerner jusqu'à 60 avions pour remplacer autant de Mirage 2000 de l'avionneur français.

Dassault Aviation n'a pas souhaité faire de commentaire.

Un porte-parole d'Eurofighter a déclaré que le constructeur, coentreprise entre Airbus Group, l'italien Finmeccanica et le britannique BAE Systems, avait lui aussi soumis une offre à l'armée de l'air malaisienne.

L'avionneur français a signé lundi le premier contrat à l'export de l'histoire du Rafale avec la vente de 24 avions à l'Egypte, dans le cadre d'un contrat d'armement comprenant également une frégate et des missiles pour un montant total de 5,2 milliards d'euros.

Dassault Aviation livrera trois avions par an à l'Egypte d'ici 2017 inclus, puis le reste en 2018 et jusqu'à la mi-2019, permettant de soulager le budget de la France qui prend habituellement livraison de 11 Rafale par an.

"Le contrat avec l'Egypte pourrait débloquer trois ou quatre autres contrats", dit-on de source proche du dossier, faisant également référence aux discussions exclusives toujours en cours avec l'Inde et portant sur 126 avions.

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, et le président François Hollande ont souligné vendredi dernier que ce premier contrat à l'export depuis le lancement du programme à la fin des années 1980 pourrait inciter d'autres pays intéressés à sauter le pas.

Eric Trappier a précisé que la Malaisie surveillait de près le déroulement des discussions avec l'Inde. Les négociations exclusives avec New Delhi, qui durent depuis trois ans, achoppent sur les garanties souhaitées par l'Inde concernant la fabrication sur place de 108 avions sur 126 appareils du contrat.

L'Indonésie et le Koweït se sont également montrés intéressés par le Rafale.

Cyril Altmeyer, édité par Tim Hepher et Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below