10 février 2015 / 17:39 / dans 3 ans

Veolia maintient le cap sur la clientèle industrielle

PARIS (Reuters) - Veolia Environnement a confirmé mardi son intention de réaliser la moitié de ses ventes auprès de clients industriels au cours des prochaines années, un choix qui place le groupe dans un nouvel environnement concurrentiel.

Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement. Le numéro un mondial de la gestion de l'eau et des déchets confirme son intention de réaliser la moitié de ses ventes auprès de clients industriels au cours des prochaines années, un choix qui place le groupe dans un nouvel environnement concurrentiel. /Photo prise le 7 janvier 2015/REUTERS/Charles Platiau

Le PDG du numéro un mondial de la gestion de l‘eau et des déchets a précisé lors d‘une conférence de presse que la parité entre l‘activité auprès des industriels et celle auprès des municipalités devrait être atteinte à l‘horizon 2020.

Il avait précédemment indiqué qu‘environ 50% du chiffre d‘affaires de Veolia pourrait être réalisée auprès de clients industriels dès 2018, contre un tiers en 2011 et environ 39% en 2014.

“Au côté de nos concurrents sur le marché municipal (...), nous rencontrons d‘autres concurrents qui apparaissent sur le marché industriel, et des gens que nous n‘avions pas du tout l‘habitude de rencontrer dans le marché municipal”, a souligné Antoine Frérot, citant notamment General Electric, Schneider ou Siemens.

“Très peu couvrent nos trois métiers de l‘eau, de l‘énergie et de la propreté”, a-t-il toutefois ajouté. “C‘est en jouant sur notre capacité à inventer des services au carrefour de ces trois métiers d‘une part, et grâce à notre ADN d‘exploitant d‘autre part que nous comptons nous différencier (...) pour pouvoir tirer notre épingle du jeu.”

Le PDG a également indiqué que Veolia avait identifié 300 à 400 projets significatifs “à forte rentabilité” pour les 4 à 5 prochaines années, dont 60% auprès d‘industriels et 40% auprès de municipalités, confirmant l‘objectif du groupe de faire croître son chiffre d‘affaires “d‘au moins 3% par an dans les années à venir”.

Antoine Frérot a en outre réaffirmé que Veolia était “en bonne voie” pour atteindre à fin 2015 son objectif de réductions de coûts de 750 millions d‘euros nets en cumulé par rapport à 2011 et a jugé que la dette du groupe, autour de 8 milliards aujourd‘hui, était “désormais à un niveau soutenable à moyen terme”.

Le PDG avait déclaré début janvier à Reuters que Veolia envisageait un nouveau plan pour la période 2016-2018 qui inclurait de nouvelles mesures d‘économies et reposerait sur une stratégie de croissance organique.

Il a précisé mardi que ce nouveau plan, avec des éléments chiffrés, serait présenté après l‘été lors d‘une journée investisseurs.

Antoine Frérot a en outre déclaré que Veolia pourrait collaborer avec Areva dans le démantèlement de sites nucléaires, tout en se disant sceptique sur l‘hypothèse d‘une vente de cette activité par le groupe d‘énergie nucléaire, évoquée par la presse.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below