1 février 2015 / 16:03 / dans 3 ans

Le gouvernement russe anticipe un PIB en baisse de 3% en 2015

MOSCOU (Reuters) - Le ministère de l‘Economie russe a dit samedi anticiper un recul de 3% du produit intérieur brut (PIB) cette année, prévision conforme à celle du Fonds monétaire international (FMI), mais plus optimiste que les estimations de nombre d‘économistes.

Moscou anticipe un recul de 3% du produit intérieur brut cette année, prévision conforme à celle du Fonds monétaire international, mais plus optimiste que les estimations de nombre d'économistes. /Photo prise le 26 décembre 2015/REUTERS/Ilya Naymushin

Sous le coup d‘un effondrement des cours pétrole et de l‘impact des sanctions occidentales liées à l‘Ukraine, la Russie devrait ainsi subir sa première récession depuis la crise financière mondiale de 2007-2009.

La nouvelle prévision de croissance figurait dans les projections macro-économiques utilisées par le gouvernement pour ses hypothèses budgétaires.

En décembre, lors d‘une précédente révision, le gouvernement tablait encore sur un recul plus limité du PIB en 2015, de 0,8%, sur la base d‘un cours de pétrole moyen de 80 dollars le baril.

Moscou retient désormais un prix de 50 dollars le baril, qui correspond à peu de choses près à son cours actuel.

Le pétrole et le gaz représentent environ deux tiers des exportations russes ainsi que la moitié des recettes budgétaires fédérales.

Selon les nouvelles prévisions du gouvernement, l‘inflation devrait être de l‘ordre de 12% à la fin de 2015 contre 11,4% en 2014.

Les investissements devraient baisser de 13% et les ventes au détail de 8%.

Les projections révisées de Moscou sont publiées juste après que la banque centrale de Russie a annoncé une baisse inattendue de son principal taux d‘intérêt.

La baisse de taux traduit à l‘évidence une nouvelle hiérarchie des priorités de la banque centrale: alors qu‘elle privilégiait jusqu‘à présent la lutte contre l‘inflation et la défense du rouble, il semble qu‘elle se fixe désormais pour principal objectif de soutenir l‘activité économique.

La banque centrale table sur une contraction de 3,2% du PIB en rythme annuel sur les six premiers mois de cette année, après +0,6% en 2014.

Polina Devitt, Lidia Kelly et Jason Bush, Benoit Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below