19 janvier 2015 / 08:49 / il y a 3 ans

Renault confiant pour ses ventes 2015 malgré un monde incertain

Renault prévoit une nouvelle hausse de ses ventes mondiales en 2015 grâce à plusieurs lancements en Europe et en Inde susceptibles de compenser les incertitudes persistantes dans certains marchés émergents importants pour le groupe. /Photo prise le 10 novembre 2014/Louafi Larbi

BOULOGNE-BILLANCOURT, Hauts-de-Seine (Reuters) - Renault prévoit une nouvelle hausse de ses ventes mondiales en 2015 grâce à plusieurs lancements en Europe et en Inde susceptibles de compenser les incertitudes persistantes dans certains marchés émergents stratégiques pour le groupe.

Le constructeur automobile, qui mise aussi à son tour sur la Chine, a fait état lundi d'une progression de 3,2% de ses immatriculations totales en 2014 à 2,71 millions de véhicules, deuxième année de rebond consécutif après la baisse de 2012.

La performance du groupe en Europe, où ses ventes ont grimpé de 12,5% et sa part de marché a franchi la barre des 10%, ainsi que le succès de sa gamme low cost à travers le monde ont éclipsé la faiblesse en Russie, Algérie et Argentine, respectivement ses troisième, neuvième et dixième marchés.

En 2015, Renault prévoit une croissance de 2% du marché mondial, la hausse attendue en Europe (+1% à +2%) et la vigueur persistante de la demande en Asie permettant de compenser une nouvelle chute du marché russe, attendu en recul de 20% à 25%, ou l'absence de perspectives de reprise en Amérique latine.

"Globalement, la répartition de nos risques fait qu'on continue à progresser d'une année sur l'autre", a déclaré Jérôme Stoll, directeur commercial de Renault, au cours d'une conférence de presse.

"Si vous avez suffisamment de moteurs allumés sur les marchés, quelle que soit la situation à laquelle vous faites face vous continuez de progresser", a dit de son côté le PDG, Carlos Ghosn, lors d'une conférence organisée par l'European American Press Club. "Si par contre vous n'avez que très peu de moteurs (...) vous êtes mal."

NOUVEAUX SEGMENTS

S'il n'allumera le moteur chinois que l'an prochain, le groupe Renault compte cette année sur le lancement d'une nouvelle petite voiture ultra-low cost en Inde, sur l'arrivée en Europe du grand frère du Captur, son crossover à succès, ainsi que sur le lancement du nouvel Espace.

Même dans les pays difficiles, comme le Brésil, son deuxième marché, le groupe compte sur les segments où il n'est pas encore présent, comme celui des pick-up où il lancera un véhicule dérivé du 4x4 Duster.

La vigueur des ventes en Europe et l'accès de faiblesse hors du continent (-5,9%) ont inversé le mouvement d'internationalisation des ventes du groupe, puisque le poids des ventes européennes est remonté à 54% des ventes totales du groupe, contre 50% en 2013.

Plusieurs marchés émergents ont souffert l'an dernier d'une grande volatilité liée à la situation géopolitique, mais aussi à la politique monétaire et aux effets de change.

En Iran, le groupe espère toujours reprendre son activité, qui reste bloquée à cause d'un embargo et où il n'a commercialisé qu'un petit volume de Logan.

Quant aux éventuelles retombées de la dernière "une" de Charlie Hebdo, Jérôme Stoll a dit ne pas observer d'appel au boycott contre les marques automobiles françaises dans le monde arabo-musulman.

La Chine, où Renault était jusqu'ici quasiment absent, participera à partir de 2016 au rééquilibrage du groupe à l'international. Le constructeur y a lancé la construction de sa première usine et compte à terme porter la capacité annuelle du site entre 500.000 à 600.000 véhicules.

"Renault a aujourd'hui une part de marché mondiale de 3%, et 6% là où il est présent, donc nous pouvons penser qu'en Chine nous aurons un minimum de 3%, et très probablement 6% du marché", a déclaré Carlos Ghosn.

"Ça fait beaucoup de voitures, et cela veut dire que vous pouvez vous attendre à un plan d'investissement massif en Chine au cours des prochaines années."

Actuellement, dans un marché chinois d'environ 20 millions d'unités par an, une part de 6% représenterait plus d'un million de véhicules.

Prié de dire si Renault pâtirait de cette arrivée tardive à un moment où l'économie chinoise décélère, Carlos Ghosn a répondu que la Chine ne devrait pas tomber très en dessous de 7% de croissance cette année et que le moment du lancement importait peu à condition qu'on arrive avec les produits adéquats.

PSA Peugeot Citroën, la semaine dernière, a fait état lui aussi d'une hausse de ses ventes mondiales en 2014, aidé par l'Europe mais surtout par la Chine, devenue le premier marché du groupe devant la France

Le poids de la gamme low cost du groupe Renault - commercialisée en Europe sous la marque Dacia et ailleurs comme l'entrée de gamme de la marque Renault - s'est encore renforcé l'an dernier dans les ventes mondiales, à 42% contre 41% en 2013 et 37% en 2012. La voiture la plus vendue l'an dernier a ainsi été le Duster, suivi de Clio 4, Logan, Sandero et Captur.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below