8 décembre 2014 / 13:33 / dans 3 ans

L'UE a recensé 1.300 milliards d'investissements potentiels

L'Union européenne a dressé une liste de près de 2.000 projets d'un montant global de 1.300 milliards d'euros susceptibles d'être candidats à son plan d'investissement censé soutenir la croissance économique en Europe. /Photo d'archives/REUTERS/François Lenoir

BRUXELLES (Reuters) - L‘Union européenne a dressé une liste de près de 2.000 projets d‘un montant global de 1.300 milliards d‘euros susceptibles d‘être candidats à son plan d‘investissement censé soutenir la croissance économique en Europe, montre un document que s‘est procuré Reuters.

A l‘initiative du nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, les Etats membres de l‘UE ont soumis à l‘exécutif européen des projets qu‘ils espèrent voir retenus. Cela va d‘un nouveau terminal aéroportuaire à Helsinki à des systèmes de lutte contre les inondations en Grande-Bretagne en passant par un programme de construction et de réhabilitation des bâtiments publics en France pour améliorer leur efficacité énergétique.

“Au total, près de 2.000 projets ont été identifiés, pour un coût d‘investissement total de 1.300 milliards d‘euros, dont 500 milliards à réaliser dans les trois prochaines années”, précise le document, dont les conclusions doivent être débattues par les ministres des Finances de l‘UE mardi.

Dans cette liste, qui n‘est pas définitive, on trouve aussi un programme de rénovation immobilière aux Pays-Bas, la construction d‘un nouveau port en Irlande ou encore la création d‘une ligne ferroviaire à haute vitesse entre l‘Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne pour un montant de 4,5 milliards d‘euros.

La Commission européenne espère que les premiers projets sélectionnés pourront commencer à attirer les investisseurs dès le mois de juin.

Moins d‘un mois après son arrivée à la tête de l‘exécutif européen, Jean-Claude Juncker a présenté le 26 novembre un projet de Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) qui devrait permettre de mobiliser 315 milliards d‘euros, essentiellement privés, sur trois ans.

MARCHÉ AVEC LA BCE

L‘objectif est d‘éviter à l‘UE de s‘engluer dans une période de stagnation économique prolongée alors que l‘investissement atteint des niveaux historiquement faibles.

La Commission européenne mise sur un effet d‘entraînement et prévoit de mettre sur la table huit milliards d‘euros, qui permettraient eux-mêmes de doter le FEIS de 21 milliards d‘euros. Dans le scénario espéré par l‘exécutif européen, ces 21 milliards d‘euros doivent à leur tour permettre de mobiliser au total 315 milliards d‘euros d‘investissements sur trois ans par effet de levier.

La somme totale pourrait même atteindre 500 milliards d‘euros. Pour cela, les Etats membres de l‘UE peuvent eux aussi injecter de l‘argent qui ne serait alors pas pris en compte dans l‘évaluation des politiques budgétaires au regard des règles européennes en matière de maîtrise des comptes publics.

Alors que l‘Europe se débat avec une croissance atone, un chômage de masse et une inflation faible, ce plan est perçu par certains observateurs comme un marché implicitement conclu entre les Etats membres et la Banque centrale européenne (BCE).

Dans ce cadre, les pays de l‘UE s‘engageraient à des réformes de compétitivité et à investir et ils laisseraient la BCE se lancer dans une politique d‘assouplissement quantitatif consistant par exemple à acheter des obligations d‘Etat, pour injecter de l‘argent dans l‘économie.

Marc Angrand et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat et Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below