30 octobre 2014 / 12:27 / dans 3 ans

Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes étaient passées franchement dans le rouge jeudi à mi-séance et Wall Street est attendue en léger recul, une réaction a posteriori au ton jugé un peu plus “faucon” de la Fed qui laisse penser qu‘une hausse des taux pourrait intervenir plus tôt si la santé de l‘économie américaine le permet.

Les Bourses européennes sont passées franchement dans le rouge jeudi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 perd 1,17% à 4.062,39 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 1,7% et à Londres, le FTSE recule de 1%. /Photo prise le 30 octobre 2014/REUTERS

La Réserve fédérale américaine a annoncé comme prévu la fin de son programme de rachats d‘actifs mené depuis six ans, tout en faisant part de son optimisme sur les perspectives de la reprise aux Etats-Unis.

À Paris, l‘indice CAC 40 perd 1,17% à 4.062,39 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 1,7% et à Londres, le FTSE recule de 1%. L‘indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonne 1,63%. Les principales Bourses européennes étaient dans le vert en début de séance.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,17% à 0,58%.

En Europe, encore une fois plombées par leur secteur bancaire, les Bourses de Milan, Madrid, Lisbonne et Athènes perdent entre 2% et 4,5% à mi-séance.

L‘indice bancaire de la zone euro recule de 1,91%, plus forte baisse sectorielle en Europe, avec le secteur métallurgique et minier qui cède 1,66%. A Paris, Société générale perd 3,4%, à Milan, Monte Paschi perd plus de 13%, à Athènes, National Bank of Greece recule de 9%.

Depuis la publication dimanche des bilans de santé des principales banques européennes, le secteur a perdu du terrain en périphérie de la zone euro, où se trouvent la plupart des banques ayant échoué aux tests.

Les propos du président de l‘Autorité bancaire européenne (ABE) Andrea Enria, qui a averti que les banques ne doivent pas se sentir trop tranquilles après les tests de résistance de la Banque centrale européenne (BCE), même celles qui les ont réussis, ont également pesé sur le secteur.

“L‘histoire n‘est pas finie, même pour les banques qui l‘ont réussi”, a-t-il dit lors d‘une conférence à Berlin.

Certains analystes ont émis des doutes sur la rigueur des tests.

“Après quelques commentaires positifs au départ, on a assisté à une lecture différente, négative, des stress tests par le marché”, note un trader à Milan.

Aux valeurs, Alcatel-Lucent affiche toujours un gain de 11,30%, plus forte hausse du CAC 40, après l‘amélioration de ses marges.

Renault prend encore 2,5% après une croissance de 6,7% de son chiffre d‘affaires grâce au succès de ses nouveaux modèles en Europe et à la production de véhicules pour le compte de ses partenaires.

Technip (+3,35%) s‘est dit confiant en sa capacité à se démarquer de la concurrence dans un contexte de chute des prix du pétrole.

Ailleurs en Europe, Volkswagen et Bayer surperforment après leurs résultats.

Le Brent reste sous les 87 dollars/baril, affecté par la hausse du dollar.

Quant au dollar, il se maintient à un pic de trois semaines et demi face à un panier de devises en réaction aux propos de la Fed, qui a néanmoins conservé dans son communiqué la mention selon laquelle les taux pourraient rester près de zéro pour une “période considérable”. L‘euro se traite autour de 1,2582 dollar.

Avec Francesco Canepa, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below