14 août 2014 / 20:10 / il y a 3 ans

Wall Street termine en hausse, Poutine rassure sur l'Ukraine

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en hausse jeudi, influencée comme les places européennes par des propos jugés conciliants du président russe Vladimir Poutine sur la situation en Ukraine.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a gagné 61,78 points, soit 0,37%, à 16.713,58 points, confirmant son avance de la veille qui lui avait permis de revenir en territoire positif sur l'année.

Le Standard & Poor's-500, plus large, a pris 8,46 points ou 0,43% à 1.955,18 points.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 18,88 points, un gain de 0,43% également, à 4.453,00 points.

Après des mois de tensions et de menaces, Vladimir Poutine a affirmé qu'il voulait éviter une confrontation avec le reste du monde et ferait tout son possible pour que le sang cesse de couler en Ukraine.

Les intervenants ont préféré retenir ce signe de détente dans la crise ukrainienne plutôt que les mauvais chiffres de la croissance dans la zone euro, un indicateur mitigé aux Etats-Unis et un avertissement de Wal-Mart sur ses résultats.

"La situation en Ukraine ne deviendra un problème qu'en cas de grave escalade, et ce ne semble pas être le cas. D'où la bonne tenue du marché aujourd'hui", commente Brian Battle, directeur du trading chez Performance Trust Capital Partners à Chicago.

"Cela dit, l'Europe reste un vrai gros problème et on a eu aujourd'hui un nouveau signal alarmant pour la croissance mondiale", ajoute-t-il.

La croissance a été à l'arrêt dans l'ensemble de la zone euro au deuxième trimestre et la principale puissance régionale, l'Allemagne, a subi une contraction inattendue de 0,2%, selon les statistiques publiées en début de journée.

Aux Etats-Unis, la reprise se poursuit mais les inscriptions au chômage ont augmenté plus que prévu la semaine dernière, même si la tendance de long terme reste positive.

Cet indicateur mitigé, venant s'ajouter à la déception des ventes au détail mercredi, conforte toutefois le scénario d'une normalisation seulement très progressive de la politique monétaire de la Réserve fédérale, ce qui est favorable aux marchés actions.

CISCO DÉÇOIT

Sur le front des valeurs, Boeing (+1,75%) et les pharmaceutiques Pfizer (+1,84%) et Merck (+1,61%) ont tiré le Dow Jones vers le haut tandis que Wal-Mart Stores (+0,49%) a bien résisté à l'annonce d'un abaissement de ses prévisions de résultats pour l'ensemble de 2014, il est vrai pour des raisons qui ne sont pas liées à la conjoncture.

Plus forte baisse de l'indice, Cisco Systems a rétrogradé de 2,62% à 24,54 dollars. L'équipementier des réseaux a livré des prévisions prudentes pour le trimestre en cours et annoncé 6.000 suppressions d'emplois.

Le spécialiste des semi-conducteurs d'imagerie numérique Omnivision Technologies a bondi de 15% à 28,29 dollars, s'alignant pratiquement sur le prix de 29 dollars qu'un groupe d'investisseurs chinois propose pour en prendre le contrôle.

La firme biotechnologique NewLink Genetics, qui a la licence d'un vaccin contre la fièvre Ebola développé par des scientifiques canadiens contre et appelé à être expérimenté sur l'homme dès cet été, a également été recherché : le titre s'est adjugé 11,65% à 26,17 dollars.

L'apaisement espéré des tensions en Ukraine a également profité aux autres marchés actions. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a progressé de 0,28% en dépit des chiffres du PIB et l'indice MSCI Monde s'octroyait 0,36% au moment de la clôture américaine.

Ryan Vlastelica et Akane Otani, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below