31 juillet 2014 / 08:40 / il y a 3 ans

JCDecaux déçoit, pénalisé par la Russie et l'Ukraine

JCDecaux a publié des prévisions jugées décevantes pour le troisième trimestre, sous le coup de difficultés en Russie et en Ukraine qui ont pesé sur sa rentabilité au premier semestre. Le résultat d'exploitation ajusté s'est établi à 127,7 millions d'euros, en repli de 8,3%. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

PARIS (Reuters) - JCDecaux évolue en forte baisse jeudi à la Bourse de Paris après avoir annoncé des prévisions jugées décevantes pour le troisième trimestre, sous le coup de difficultés en Russie et en Ukraine qui ont pesé sur sa rentabilité au premier semestre.

Vers 10h00, le titre recule de 7,74% à 25,55 euros alors que le SBF 120 cède 0,6%. Il est retombé au plus bas depuis septembre 2013 dans des volumes représentant 1,8 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext.

Dans un communiqué, le numéro un mondial de la communication extérieure a annoncé anticiper une croissance organique du chiffre d‘affaires au troisième trimestre légèrement inférieure à celle du premier semestre (+4,0% à 1,3 milliard d‘euros), un ralentissement qu‘il a notamment expliqué par les tensions entre la Russie et l‘Ukraine.

Dans une note, les analystes de Gilbert Dupont jugent cette projection décevante alors même qu‘ils tablaient sur une poursuite du rythme enregistré sur la période d‘avril à juin (+5,3%).

Les tensions géopolitiques autour de l‘Ukraine ont contraint le groupe familial, qui possède des activités dans le pays, à passer une dépréciation de 4,5 millions d‘euros, ce qui a pesé sur sa rentabilité.

Le résultat d‘exploitation ajusté de JCDecaux, qui a pour concurrents Clear Channel Outdoor et CBS Outdoor, s‘est établi à 127,7 millions d‘euros, en repli de 8,3%.

La marge opérationnelle ajustée a reculé de 100 points de base, sous le coup d‘une dégradation de la rentabilité des trois divisions de la société.

L‘Affichage en particulier a été pénalisé en Russie par le retard pris par la ville de Moscou pour le démontage de quelque 5.000 panneaux illégaux.

Les analystes d‘UBS soulignent cependant que cette difficulté devrait se résorber dans les mois à venir.

“Comme cela s‘est passé au T2, nous pensons qu‘il pourrait y avoir des marges pour que la prévision se révèle prudente compte tenu de leur performance vis-à-vis des autres groupes de médias sur les marchés d‘Europe continentale et de l‘impact de gains de contrats”, expliquent-ils.

Jean-Michel Bélot, Gwénaëlle Barzic et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below