30 juillet 2014 / 07:04 / dans 3 ans

Bénéfice de Barclays en recul, la banque d'investissement pèse

LONDRES (Reuters) - Barclays a publié mercredi un bénéfice ajusté en baisse de 8% au deuxième trimestre, affecté notamment par un recul des revenus de sa banque d‘investissement dans un contexte de marché peu porteur et de recentrage sur ses activités moins risquées.

Barclays a publié un bénéfice sous-jacent en baisse de 7% au premier semestre à la suite d'une contraction des revenus de sa banque d'investissement dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur des activités moins risquées. /Photoprise le 8 mai 2014/REUTERS/Stefan Wermuth

La banque britannique affirme avoir bien avancé dans son plan de réduction de coûts et de cession d‘actifs. Elle précise avoir supprimé 5.000 emplois cette année et ajoute que ses effectifs globaux n‘ont jamais été aussi faibles depuis 2007.

L‘action prend 4,68% vers 9h20 GMT, de loin la plus forte hausse de l‘indice européen des valeurs bancaires. Selon certains analystes, la baisse de revenus de son activité de banque d‘investissement est inférieure aux attentes du marché.

Le directeur général Anthony Jenkins s‘est engagé à alléger et à rentabiliser la structure de Barclays, tout en redressant ses pratiques commerciales et sur les marchés. Mais ses efforts de redressement des comptes sont freinés par les affaires du passé et la faible performance de sa banque d‘investissement.

Barclays a fait savoir que le département américain de la Justice avait demandé une prolongation de son accord de coopération, dit non-prosecutive agreement (NPA), qui devait arriver à expiration le mois dernier, afin de lui permettre de poursuivre son enquête sur d‘éventuelles pratiques frauduleuses sur le marché des changes.

L‘accord avait été mis en place à la suite d‘une amende de 450 millions de dollars imposée à la banque pour manipulation présumée des taux interbancaires du Libor et signifie que si la justice découvre de nouvelles infractions dans ses activités de changes, elle pourrait encore durcir ses sanctions.

Barclays a également provisionné 900 millions de livres supplémentaires pour compenser ses clients dans une affaire de mauvaises pratiques de ventes de produits d‘assurance.

Pour le deuxième trimestre, la banque britannique a vu son bénéfice ajusté reculer de 8% à 1,7 milliard de livres contre 1,8 milliard un an auparavant. Son bénéfice du premier semestre a atteint 3,35 milliards de livres (4,23 milliards d‘euros), en baisse de 7% par rapport à l‘an dernier mais au-dessus des estimations des analystes de 3,0 milliards en moyenne.

Les analystes soulignent que la banque a fait mieux que prévu en termes de réduction des coûts et de pertes sur créances douteuses et qu‘elle a amélioré son ratio de levier de 3% à 3,4% par rapport au début de l‘année.

L‘analyste de Citi, Andrew Coombs, note qu‘il s‘attend à de légères révisions en hausse des estimations de résultats.

“Nous tablons sur un retournement de la tendance en matière de revenus au second semestre, ce qui pourrait permettre au titre de progresser en dépit des litiges en cours”, a-t-il dit.

Barclays, qui a levé 5,8 milliards de livres l‘an dernier pour renflouer ses fonds propres, a annoncé que son ratio “core” tier-one était remonté à 9,9% fin juin, contre 9,1% fin 2013.

L‘action perd encore environ 20% depuis le début de l‘année, la troisième plus mauvaise performance des 47 banques de l‘indice sectoriel, qui ont pris 1% en moyenne sur la période.

Malgré une baisse des coûts, les revenus de l‘activité de banque d‘investissement de Barclays ont baissé de 16% au deuxième trimestre et de 18% au premier semestre, marqués par un repli du trading obligataire et une réglementation plus stricte.

Antony Jenkins est engagé dans un programme de suppression de 7.000 postes dans sa banque d‘investissement dans le cadre d‘un plan de 19.000 suppressions d‘emplois dans la banque sur trois ans.

“Nous respectons les engagements stratégiques que nous avons pris. Nous sommes en avance sur les objectifs que nous avons fixés et au fur et à mesure que cela se confirmera, le marché l‘intégrera dans le cours de Bourse”, a-t-il affirmé.

Steve Slater, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below