16 juillet 2014 / 10:15 / dans 3 ans

Le poids de l'euro recule dans les réserves de change

FRANCFORT (Reuters) - La part de l‘euro dans les réserves de change a de nouveau diminué l‘année dernière avec la diversification de leurs avoirs par les banques centrales mais l‘investissement étranger au sein de la zone euro a augmenté, selon des données publiées mercredi par la Banque centrale européenne.

La part de l'euro dans les réserves de change a de nouveau diminué l'année dernière avec la diversification de leurs avoirs par les banques centrales mais l'investissement étranger au sein de la zone euro a augmenté, selon la Banque centrale européenne. /Photo d'archives/REUTERS/David W Cerny

L‘euro représentait 24,4% des réserves internationales de change à la fin 2013, soit 0,9 point de pourcentage de moins qu‘un an auparavant après ajustement des effets de change, selon une étude sur “Le rôle international de l‘euro”, réalisée par la BCE.

L‘euro demeure toutefois la deuxième monnaie de réserve derrière le dollar américain qui représente 61,2% des réserves de change.

Le recul modéré enregistré par la monnaie européenne s‘inscrit dans une tendance amorcée à la mi-2010.

“La part de l‘euro dans les réserves de change internationales a continué de décliner en 2013”, écrit la BCE dans son étude.

“Alors que la part du dollar américain est demeurée globalement inchangée, celle des dollars australien et canadien a de nouveau augmenté, ce qui peut refléter l‘intention des banques centrales de poursuivre la diversification de leurs avoirs de réserve vers des monnaies qui ne sont pas des devises traditionnelles de réserve”, ajoute la BCE.

Les réserves mondiales de change ont continué d‘augmenter en 2013, bien qu‘à un rythme ralenti, pour s‘établir à un nouveau record de 11.700 milliards de dollars.

L‘investissement étranger au sein de la zone euro a augmenté l‘année dernière, la demande étrangère pour les investissements de portefeuille au sein de la zone euro s‘établissant à un plus haut depuis l‘éclatement de la crise financière en 2007.

“Ces afflux de capitaux reflétaient des facteurs à la fois intérieurs et extérieurs, dont l‘amélioration des fondamentaux économiques de la zone euro, une poursuite de la réduction des risques extrêmes et un désengagement des investisseurs internationaux des valeurs mobilières des pays émergents”, précise la BCE.

Paul Carrel, Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below