15 juillet 2014 / 10:39 / il y a 3 ans

Le moral des investisseurs allemands au plus bas depuis fin 2012

L’INDICE ZEW EN ALLEMAGNE

BERLIN/FRANCFORT (Reuters) - - Le sentiment des investisseurs et des analystes financiers en Allemagne s'est dégradé plus que prévu en juillet pour retomber à son plus bas niveau depuis décembre 2012, montre l'indice ZEW publié mardi.

A 27,1 en juillet contre 29,8 en juin, l'indice de l'institut de Mannheim en est à son septième recul en autant de mois, signe que la croissance de la première économie d'Europe peine à redémarrer en ce début de troisième trimestre. Il est en outre inférieur aux attentes des économistes qui l'attendaient en moyenne à 28,0.

Fait nouveau, la composante mesurant les conditions actuelles a reculé elle aussi et assez nettement, à 61,8 contre 67,7 alors que les analystes n'attendaient qu'un modeste tassement à 67,0. Elle revient ainsi à son plus bas niveau depuis avril.

La publication de l'indice de juillet a fait brièvement tomber l'euro à un plus jour contre le dollar tandis que les futures sur Bunds accentuaient leur avance.

RETOURNEMENT DES ANTICIPATIONS?

"La baisse de l'indice ZEW en juillet vient s'ajouter aux signes de ralentissement de la première économie européenne", commente Jennifer McKeown, économiste chez Capital Economics.

"La composante des anticipations a été par le passé un bon indicateur de retournement du cycle économique et sa détérioration constitue un avertissement de plus pour la reprise allemande."

Pour Michael Schröder, économiste au ZEW, la baisse de la composante des anticipations reflète surtout l'instabilité politique au Proche-Orient et ne reflète pas une dégradation des perspectives économiques en Allemagne.

"Si ces conflits et risques politiques s'atténuaient, les anticipations repartiraient à la hausse", a-t-il assuré.

Le président du ZEW, Clemens Füst, a de son côté évoqué un léger accroc pour l'économie allemande tout en parlant de perspectives à moyen terme toujours favorables.

Le produit intérieur brut (PIB) allemand a progressé de 0,8% au premier trimestre, sa plus forte croissance depuis trois ans, mais cette bonne performance a surtout été due à l'hiver clément qui a permis au secteur de la construction de maintenir un bon niveau d'activité.

Le deuxième trimestre a probablement marqué un ralentissement, comme attesté par les derniers chiffres du commerce extérieur, de la production et des commandes de l'industrie ou encore des ventes au détail, avant une accélération attendue cet été.

L'enquête de ce mois-ci du ZEW ((Zentrum für Europäische Wirtschaftsforschung) a été réalisée auprès de 238 analystes et investisseurs entre le 30 juin et le 14 juillet.

Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below