28 juin 2014 / 11:29 / il y a 3 ans

BNP s'attend à une lourde sanction aux USA "très prochainement"

PARIS (Reuters) - Les discussions en cours entre BNP Paribas et les autorités américaines devraient aboutir “très prochainement” et se traduire par de lourdes sanctions, déclare le directeur général de la banque dans une lettre aux salariés obtenue samedi par Reuters.

Les discussions entre BNP Paribas et les autorités américaines devraient aboutir "très prochainement" et se traduire par de lourdes sanctions, déclare le directeur général de la banque dans une lettre aux salariés citée samedi par I>Télé. /Photo prise le 2 juin 2014/REUTERS/Charles Platiau

“Mais cette difficulté que nous traversons ne devra pas pour autant impacter notre feuille de route”, dit Jean-Laurent Bonnafé dans cette lettre envoyée vendredi.

“Nos discussions avec les autorités américaines s‘accélèrent et devraient aboutir très prochainement”, écrit-il. “Je veux le dire clairement : nous serons sanctionnés lourdement. Parce que des dysfonctionnements sont intervenus et que des erreurs ont été commises.”

BNP Paribas n‘a pas souhaité commenter ces informations.

Plusieurs sources ont déclaré à Reuters qu‘un accord entre la banque, à laquelle il est reproché d‘avoir contourné les règles d‘embargo américain pendant plusieurs années, et les autorités de justice et de régulation outre-Atlantique, pourrait intervenir en début de semaine prochaine, l‘une d‘entre elles évoquant une annonce lundi.

Dans son courrier, Jean-Laurent Bonnafé n‘évoque aucun montant pour cette sanction. Des sources au fait des discussions avaient dit à Reuters jeudi que la banque espérait que son amende serait de sept à huit milliards de dollars. La presse américaine avance, elle, un montant de neuf milliards.

BNP Paribas avait provisionné 1,1 milliard de dollars au quatrième trimestre 2013 pour ce litige mais a prévenu le 30 avril qu‘une éventuelle amende pourrait largement dépasser ce montant.

La sanction des autorités américaines pourrait mettre à mal les ambitions de BNP en Amérique du Nord, région appelée à contribuer au PNB du groupe à hauteur de 12% en 2016, contre 10% en 2013.

Matthias Blamont, Maya Nikolaeva et Jean-Baptiste Vey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below