17 juin 2014 / 10:59 / dans 3 ans

Volvo compte faire de la Chine une base d'exportation

PEKIN (Reuters) - Volvo Car Corp, avec l‘aide de son actionnaire de contrôle chinois Zhejiang Geely Holding Group, a l‘intention de faire de la Chine une base d‘exportation et de surpasser ses objectifs de ventes dans le pays d‘au moins 13%, a déclaré mardi un membre de la direction de Volvo.

Volvo Car Corp, avec l'aide de son actionnaire de contrôle chinois Zhejiang Geely Holding Group, a l'intention de faire de la Chine une base d'exportation et de surpasser ses objectifs de ventes dans le pays d'au moins 13%. /Photo d'archives/REUTERS/Kim Kyung-Hoon

La stratégie de Geely pour Volvo est surveillée de près en tant qu‘éventuel modèle pour d‘autres sociétés chinoises qui cherchent, pour l‘heure avec une réussite limitée, à adapter et à gérer les grandes marques internationales.

Volvo va commencer à exporter aux Etats-Unis et en Russie des voitures assemblées en Chine dès la fin de l‘an prochain, a dit le responsable de Volvo qui n‘a pas voulu être identifié.

Volvo, racheté par Geely à Ford Motor en 2010, a l‘intention de livrer une version de sa berline S60 appelée S60L aux Etats-Unis et son petit véhicule utilitaire (SUV) XC90 multi-segments à la Russie. Les exportations devraient atteindre à terme environ 10.000 S60L et quelques milliers de XC90 par an.

Le responsable de Volvo a ajouté que les ventes de véhicules Volvo en Chine atteindraient plus de 90.000 unités cette année, faisant de la Chine son premier marché, à la place des Etats-Unis. Environ 61.000 véhicules ont été vendus en Chine l‘an dernier et plus de 80.000 devraient être vendus cette année.

Le directeur des relations avec la presse de Volvo David Ibison a confirmé que le société commencerait à exporter depuis la Chine, tout en ajoutant que le calendrier et les marchés visés n‘avaient pas encore été déterminés.

Malgré la hausse de 35% des ventes de Volvo en Chine depuis le début de l‘année, en variation annuelle, le chiffre de 90.000 voitures vendues en 2014 pourrait s‘avérer un peu excessif, a ajouté David Ibison.

Norihiko Shirouzu, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below