15 juin 2014 / 14:23 / dans 3 ans

Les marchés financiers attendent la Fed, l'Irak en toile de fond

La réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine sera le temps fort de l'actualité financière lors de la semaine à venir mais les investisseurs garderont aussi un oeil sur l'escalade de violences en Irak et ses répercussions sur les cours du pétrole. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Thayer

MADRID (Reuters) - La réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine sera le temps fort de l‘actualité financière lors de la semaine à venir mais les investisseurs garderont aussi un oeil sur l‘escalade de violences en Irak et ses répercussions sur les cours du pétrole.

Le comité de politique monétaire de la Fed, réuni mardi et mercredi, devrait sans surprise décider de réduire encore de 10 milliards de dollars ses rachats d‘actifs mensuels, destinés à soutenir l‘activité en inondant l‘économie de liquidités.

La fin du troisième programme d‘assouplissement quantitatif (QE3) étant proche, les marchés espèrent surtout des indices ou indications sur le moment que choisira la banque centrale pour commencer à relever ses taux d‘intérêt.

“La Réserve fédérale se prépare à aborder la deuxième phase de la normalisation de sa politique monétaire. Avec l‘achèvement attendu du QE3 à la fin de l‘été ou au début de l‘automne, l‘attention se porte désormais sur le relèvement des taux d‘intérêt”, commente Unicredit dans une note à ses clients.

Les investisseurs attendent en particulier, comme tous les trois mois, les nouvelles projections économiques des banquiers centraux américains. En mars, leur projection médiane pour la croissance à la fin 2016 était passée à 2,25% contre 1,75% en décembre.

Les chiffres de la croissance du premier trimestre 2014 ont depuis déçu, mais sans remettre en cause le scénario sous-jacent d‘une reprise solide que devrait confirmer Janet Yellen, la présidente de la Fed, lors de la conférence de presse trimestrielle qu‘elle donnera à l‘issue de la réunion.

PRUDENCE FACE À L‘IRAK

La première grande banque centrale à relever ses taux après la crise pourrait bien être la Banque d‘Angleterre (BoE), à en croire son gouverneur Mark Carney qui a surpris les marchés avec des propos particulièrement explicites jeudi soir, qui ont fait grimper la livre sterling à un plus haut de cinq ans face au dollar. (voir et)

Même si un resserrement dès cette année paraît loin d‘être acquis, les marchés seront attentifs au compte rendu de la réunion de juin de la BoE, publié mercredi, qui pourrait révéler de nouvelles divergences de vue au sein de l‘institution.

Rien n‘est attendu en revanche du côté de la Banque centrale européenne après l‘arsenal de mesures contre l‘inflation basse dévoilé le 5 juin par son président Mario Draghi. “La BCE s‘est acheté de la tranquillité, peut-être jusqu‘à la fin de l‘année”, estime Gilles Moëc, économiste chez Deutsche Bank.

L‘attentisme prévisible des marchés avant le rendez-vous de la Fed mercredi soir reflétera aussi la prudence des investisseurs devant la tournure des événements en Irak.

Le président américain Barack Obama n‘a pas exclu des frappes aériennes pour aider le gouvernement irakien à repousser les rebelles djihadistes de l‘Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), mais il a ensuite dit qu‘il lui faudrait plusieurs jours pour évaluer la situation.

En attendant, le porte-avions américain George H.W. Bush a été envoyé dans le Golfe et le Premier ministre irakien, le chiite Nouri al Maliki, a assuré avoir ralenti l‘offensive des insurgés sunnites.

Vendredi, l‘escalade des violences avait fait monter les cours du pétrole à de nouveaux plus hauts de neuf mois même si les exportations d‘or noir de l‘Irak ne sont pas impactées pour l‘heure.

L‘essentiel des exportations irakiennes proviennent du sud du pays, pour l‘heure épargné par la rébellion, et si les insurgés s‘y dirigeaient ils rencontreraient une opposition bien plus importante selon les analystes. Les exportations du nord de l‘Irak sont de leur côté sécurisées par les forces kurdes qui contrôlent le terminal de Kirkouk.

Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below