27 mai 2014 / 16:28 / il y a 3 ans

La BCE consacrera 300 millions d'euros à la supervision bancaire

La Banque centrale européenne (BCE) dépensera 300 millions d'euros cette année et la suivante pour mettre en place une unité d'élite chargée de superviser les grandes banques de la zone euro. /Photo d'archives/Pascal Lauener

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) dépensera 300 millions d'euros cette année et la suivante pour mettre en place une unité d'élite chargée de superviser les grandes banques de la zone euro.

La majeure partie de cette enveloppe servira à payer les 1.000 salariés retenus pour intégrer le Mécanisme de supervision unique (MSU), chargé d'assurer un meilleur suivi des grands établissements transfrontaliers.

Si le financement de ce mécanisme repose sur les banques et non les contribuables, la somme de 156 millions d'euros consacrée à payer les 1.000 salariés retenus, qui recevront jusqu'à 245.000 euros annuels pour les mieux payés, risque d'alimenter les critiques des eurosceptiques qui viennent de triompher aux élections européennes.

"Il faut des personnes de qualité", a plaidé le responsable du budget de la BCE, Steven Keuning, en présentant mardi l'enveloppe allouée au MSU. "Il ne s'agit pas ici d'entretenir une bureaucratie menant grand train."

La BCE a lancé mardi une consultation publique sur son projet sur les redevances de surveillance applicables aux banques, qui s'achèvera le 11 juillet.

Elle estime que le montant de la redevance annuelle collectée en 2015 auprès d'une banque contrôlée directement se situerait entre 150.000 et 15 millions d'euros selon la taille des établissements concernés, la plupart d'entre eux versant entre 700.000 euros et 2 millions d'euros.

"Environ 75% des banques moins importantes, contrôlées indirectement, pourraient devoir s'acquitter d'une redevance annuelle comprise entre 2.000 et 7.000 euros", précise l'institution dans un communiqué.

La BCE a déjà reçu environ 8.000 candidatures pour rejoindre son corps chargé de la supervision, qui sera basé à Francfort et aura pour mission de contrôler les établissements majeurs des 18 pays de la zone euro.

Le MSU, destiné à vérifier la solidité des grandes banques pour éviter une nouvelle crise systémique, est l'un des deux piliers de l'Union bancaire adoptée par le Parlement européen avec le Mécanisme de résolution unique (MRU) qui encadre la restructuration des banques en difficulté.

En plus des 156 millions d'euros alloués aux salaires, la BCE dépensera 78 millions d'euros environ l'an prochain en frais de déplacement, de conseil et d'informatique tandis que 26 millions d'euros seront consacrés à payer les locaux.

Le coût moyen d'un salarié du MSU se chiffre à environ 156.000 euros annuels. A titre de comparaison, le président de la BCE, Mario Draghi a touché 378.000 euros l'an dernier.

La présidente du MSU, la Française Danièle Nouy, refuse de communiquer son salaire.

Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below