15 mai 2014 / 11:54 / dans 4 ans

Nexans accepte de dissocier les fonctions de PDG

PARIS (Reuters) - Nexans a annoncé jeudi qu‘il dissociait les fonctions de président et de directeur général, comme le réclamait le fonds Amber, et qu‘il se prononcerait bientôt sur la demande de son principal actionnaire, Invexans, de résilier l‘accord qui le lie à la société.

Le groupe français de câbles, qui tient ce jour son assemblée générale annuelle, a précisé que l‘actuel PDG Frédéric Vincent devenait président de la société, et le directeur général délégué Arnaud Poupart-Lafarge, directeur général.

“Cette décision a été prise à la demande de Frédéric Vincent et après recommandation du comité des nominations, des rémunérations et du gouvernement d‘entreprise”, a précisé Nexans dans un communiqué.

Le fonds Amber Capital, qui détient 3,70% du capital du groupe selon les données Thomson Reuters, essaie depuis l‘an dernier d‘obtenir l‘éviction de Frédéric Vincent, dont il critique la stratégie, et réclamait, pour y parvenir, que Nexans modifie sa gouvernance en scindant les fonctions de PDG.

“Nous nous félicitons de ce changement de pied tout à fait inattendu du conseil. Aux actionnaires maintenant de décider”, a réagi un porte-parole d‘Amber Capital.

En Bourse, après avoir été suspendue en fin de matinée dans l‘attente d‘un communiqué, l‘action Nexans a repris sa cotation.

A 13h27, le titre abandonnait 2,56% à 41,90 euros.

La Banque publique d‘investissement (BPI), troisième plus gros actionnaire de Nexans avec 7,83% du capital selon les données Thomson Reuters, n‘a pas souhaité faire de commentaire.

Le fabricant de câbles a également annoncé avoir reçu de la part d‘Invexans, filiale du groupe chilien Quiñenco, une demande de résiliation de l‘accord du 27 mars 2011 qui le lie au groupe français.

En vertu de cet accord, modifié par avenant en novembre 2012, Invexans avait renforcé sa participation au capital du groupe et porté à trois le nombre des administrateurs le représentant au conseil. Cet accord d‘une durée de dix ans plafonnait aussi à 28% la participation d‘Invexans au capital de Nexans.

“Le Conseil a décidé d‘examiner cette demande et de prendre une décision dans les 8 jours”, a indiqué Nexans dans son communiqué.

Le groupe a accusé une perte de plus de 300 millions d‘euros l‘an dernier à cause notamment du ralentissement de la demande des secteurs de la construction et des opérateurs d‘électricité. Invexans détient aujourd‘hui 26% environ du capital, suivi de la BPI, avec près de 8%.

Avec Matthieu Protard et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below