27 avril 2014 / 16:21 / dans 4 ans

Wall Street carbure au pétrole

NEW YORK (Reuters) - Depuis la fin du mois de février et celle de la lune de miel des investisseurs et des biotechnologiques, les opérateurs ont trouvé une nouvelle marotte avec le secteur pétrolier.

Depuis la fin du mois de février et celle de la lune de miel des investisseurs et des biotechnologiques, les opérateurs ont trouvé une nouvelle marotte avec le secteur pétrolier. Les titres liés à l'énergie sont depuis le 25 février ceux qui ont le mieux performé et l'imminence de la publication des trimestriels d'Exxon Mobil, Chevron et ConocoPhillips pourrait prolonger ce flirt. /Photo prise le 11 mars 2014/REUTERS/Brendan McDermid

Les titres liés à l‘énergie sont depuis le 25 février ceux qui ont le mieux performé et l‘imminence de la publication des trimestriels d‘Exxon Mobil, Chevron et ConocoPhillips pourrait prolonger ce flirt.

Ce transfert de valeur a par ailleurs eu pour effet de limiter la tentation du repli perceptible sur l‘ensemble des marchés d‘actions américains et d‘après une note de Morgan Stanley, toutes les conditions sont réunies pour que le mouvement se poursuive.

Selon les analystes de la banque, les rotations d‘une telle ampleur en direction de grands groupes sont très fréquemment suivies d‘une prise de pouvoir durable de ces valeurs.

“Ces grandes sociétés d‘énergie qui versent des dividendes et qui procèdent à des rachats d‘actions massifs sont de nature plus défensives et elles le resteront tant que le prix de la matière première qu‘elles utilisent le resteront”, a déclaré Mike O‘Rourke, stratège marchés de Jones Trading à Greenwich, dans le Connecticut.

PER A RATTRAPER

Exxon et Chevron font partie des dix entreprises qui versent le plus de dividendes en dollars absolus. Avec un ratio PER de 14,2, très sensiblement inférieur à la moyenne de 17,8 du S&P 500, ils devraient continuer d‘attirer les investisseurs.

“Un certain nombre de grandes entreprises entrent dans une nouvelle phase du cycle de leur vie, davantage tourné vers la rentabilité et la maîtrise des coûts”, souligne Faisel Kahn, analyste de Citi à New York.

“Nous pensons que les retours ont de grandes chances de progresser dans ce secteur.”

Halliburton, numéro deux mondial des services parapétroliers, a dit la semaine dernière que ses clients semblaient déterminés à accélérer leurs dépenses dans le forage et dans l‘achèvement de projets. Schlumberger et Baker Hughes ont eux aussi évoqué l‘amélioration de leur environnement en Amérique du Nord.

Selon la Réserve fédérale, l‘utilisation des capacités s‘élève en moyenne à 99,2% dans l‘industrie pétrolière, un niveau de loin supérieur aux 92% enregistrés en moyenne au cours des 40 dernières années.

Pour l‘instant, sur les 14 groupes liés à l‘énergie qui ont publié jusqu‘à présent, 11 d‘entre eux ont dépassé les attentes.

Nicolas Delame pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below