16 avril 2014 / 08:38 / il y a 4 ans

Daimler veut relancer la marque de luxe Maybach

FRANCFORT (Reuters) - Daimler compte relancer la marque Maybach, représentée par de luxueuses limousines qui seraient plus particulièrement destinées à une clientèle ultra-riche en Asie et aux Etats-Unis, a déclaré une source proche du dossier mercredi.

Daimler, qui avait arrêté la construction de la Maybach en 2012, par manque d'intérêt de la clientèle, compte relancer cette marque de luxueuses limousines, selon une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Tyrone Siu

La Maybach sera présentée aux salons de l‘automobile de Canton et de Los Angeles en novembre et coûtera plus du double du prix de 165.000 euros auquel est vendu le modèle le plus luxueux du moment, la Mercedes-Benz S600, a ajouté la source.

Daimler avait arrêté la construction de la Maybach en 2012, par manque d‘intérêt de la clientèle. Le groupe industriel n‘a vendu que 200 Maybach en 2011 mais la marque reste très prisée de certaines célébrités et têtes couronnées de la planète, telles l‘homme d‘affaires russe Roman Abramovitch, le rappeur Jay-Z et le roi d‘Espagne Juan Carlos.

Depuis la mi-2012, le nombre de millionnaires a augmenté de près de deux millions dans le monde, avec une écrasante majorité en Asie et aux Etats-Unis, écrit le Credit Suisse dans un rapport sur la richesse mondiale.

Mercedes-Benz compte également lancer une version Pullman de la Maybach, destinée surtout au monde politique et dont le prix pourrait atteindre le million de dollars dans sa version blindée, a poursuivi la source.

La Mercedes Pullman 600 d‘origine, lancée à l‘occasion du salon de l‘automobile de Francfort de 1963, mesurait plus de six mètres de long et pouvait rouler à 200 km/h. Elle avait reçu l‘appellation de “vaisseau des dictateurs” tant elle était populaire auprès des despotes de la planète.

Elle comptait parmi ses propriétaires le dictateur ougandais Idi Amin Dada, le shah d‘Iran Reza Pahlavi, le président roumain Nicolae Ceaucescu et son homologue yougoslave Josip Broz Tito.

A cette époque, Mercedes voulait démontrer aux concurrents Rolls-Royce et Cadillac qu‘il était possible de construire une voiture qui reste confortable même en roulant très vite, ce qui était une gageure pour des véhicules blindés pesant plus de 3,4 tonnes.

Edward Taylor, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below