7 avril 2014 / 14:18 / il y a 4 ans

Airbus dévoile la cabine de l'A350, son nouveau long-courrier

HAMBOURG (Reuters) - Airbus a dévoilé lundi l’intérieur de la cabine de l’A350, une étape cruciale dans la phase finale d’essai du futur long-courrier avant sa livraison à son premier client, Qatar Airways, à la fin de l’année.

Airbus a dévoilé lundi l’intérieur de la cabine de l’A350, une étape cruciale dans la phase finale d’essai du futur long-courrier avant sa livraison à son premier client, Qatar Airways, à la fin de l’année. /Photo prise le 7 avril 2014/ REUTERS/Fabian Bimmer

Tirant les leçons du lancement de son très gros porteur A380, qui avait multiplié les retards, et du Boeing 787, concurrent frontal de l’A350, qui a dû subir des modifications après son entrée en service, l’avionneur européen a démarré il y a un an les essais au sol de la cabine.

“Nous sommes à six mois de l’entrée en service et l’avion est dans la chaîne d’assemblage final, la définition est gelée, les fournisseurs livrent les équipements”, a souligné Chris Emerson, chargé du marketing chez Airbus lors d’un entretien accordé à Reuters.

“Avec l’A380, nous n’étions pas dans cette situation: nous étions en retard dans la personnalisation et la conception de la cabine. Deux approches différentes, deux résultats différents.”

Le premier A350 doté d’une cabine est arrivé samedi après-midi à Hambourg, où Airbus a présenté lundi son nouveau centre de définition des besoins des clients pour l’appareil. Cet avion, qui a effectué son premier vol fin février, devait repartir lundi après-midi à Toulouse, où il est basé.

Pour Patrick du Ché, pilote d’essai sur l’A350, Airbus est en bien meilleure posture que quelques mois avant la livraison de l‘A380 à son premier client, Singapore Airlines, en octobre 2007, avion sur lequel il a également été piloté d’essai.

“Nous volons beaucoup plus que nous le faisions sur l’A380”, a-t-il observé.

Airbus prévoit 80 à 90 heures d’essais en vol par mois pour l‘A350 contre 50-55 heures pour l’A380. La “cabine zéro”, qui n’existait pas du temps de l’A380, a permis par ailleurs des tests techniques au sol depuis un an, évitant ainsi quelques mauvaises surprises en vol.

“Tant que je n’avais pas vu la cabine, on ne pouvait pas dire comment cela allait se passer réellement”, a ajouté Patrick du Ché, tout en ajoutant qu’il fallait rester humble et que les difficultés risquaient toujours de surgir là où ne les attend pas.

L’un des cinq A350 d’essai - le sixième étant celui qui doit être livré à Qatar Airways fin 2014 - se rendra en Floride pour y subir pendant un mois des tests de résistance aux températures extrêmes – de -40°C à +40°C – dans une chambre climatique. Trop gros pour ce genre de test, l‘A380 avait dû se rendre au Pôle Nord pour les tests de froid.

L’A350 propose des écrans plus larges que ceux qui équipent habituellement les long-courriers ainsi qu‘un système de divertissement à bord plus sophistiqué.

Airbus a également tiré une leçon majeure de l‘A380: dans un avion plus silencieux, les passagers se plaignent plus souvent des ronflements des autres passagers. Cette fois, le constructeur a prévu d‘entrée de jeu des protections anti-bruits dans la cabine.

Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below