13 mars 2014 / 17:53 / il y a 4 ans

PSA s'attaque au chantier de sa nouvelle gouvernance

PARIS (Reuters) - Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën commencera à étudier mardi prochain la gouvernance du groupe automobile de l‘après-Dongfeng et à départager les candidats à la présidence du conseil, pour laquelle Louis Gallois est donné favori.

Usine PSA-Dongfeng à Wuhan. Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën commencera à étudier mardi prochain la gouvernance du groupe automobile de l'après-Dongfeng et à départager les candidats à la présidence du conseil, pour laquelle Louis Gallois est donné favori. /Photo prise le 13 février 2014/REUTERS

De quinze membres actuellement, dont quatre représentant la famille Peugeot, le conseil doit être ramené à 14 administrateurs, deux pour chacun des trois grands actionnaires qui se retrouveront à parité après la prochaine augmentation de capital, six indépendants et deux représentant les salariés.

“Je pense qu‘on va discuter du sujet de manière détaillée mardi prochain, de la question du futur président bien sûr mais aussi de celle des autres représentants”, a déclaré à Reuters une source proche du conseil.

Une autre source proche du dossier a précisé que la question ne serait pas forcément tranchée mardi, et qu‘elle pourrait n‘aboutir qu‘en avril.

“L‘identité du président n‘est pas le seul sujet à régler en matière de gouvernance, c‘est d‘une refonte complète du conseil dont il est question ici”, a-t-elle expliqué.

Selon Le Figaro de jeudi, la famille Peugeot se serait désormais ralliée à la candidature de Louis Gallois, défendue depuis le début par l‘Etat.

Tous ne jugeaient pourtant pas l‘ancien PDG d‘EADS (devenu Airbus Group) suffisamment indépendant puisqu‘il siège déjà au conseil de surveillance de PSA en tant que “membre indépendant référent (...) en lien étroit avec l‘Etat”, depuis que l‘activité bancaire du constructeur a été sauvée fin 2012 grâce à une garantie publique de sept milliards d‘euros.

“Il est clair que Louis Gallois est en tête”, a confirmé une source proche de la famille. “Il a un soutien franc et affirmé de l‘Etat.”

Cet énarque de 70 ans a fait ses premières armes à la direction du Trésor, avant d‘être directeur de cabinet à l‘Industrie et à la Défense dans les années 1980, patron de la SNCF et, depuis juin 2012, commissaire général à l‘investissement.

L‘homme du “choc de compétitivité” s‘est également employé à pacifier les relations franco-allemandes au sein d‘EADS, une qualité qu‘il pourra mettre à profit pour préserver le futur équilibre entre l‘Etat, Dongfeng et la famille Peugeot.

UN OUTSIDER ET UN TROISIÈME HOMME

Si Louis Gallois est favori, le comité des nominations devrait soumettre au conseil la semaine prochaine un autre nom pour succéder à Thierry Peugeot, celui de Gérard Hauser.

L‘ancien PDG de Nexans était soutenu jusqu‘ici par plusieurs membres de la famille fondatrice qu‘il connaît bien depuis ses années comme administrateur de Faurecia, dont PSA détient plus de la moitié du capital.

Gérard Hauser, 72 ans, connaît bien également Philippe Varin, président du directoire de PSA, qu‘il a rencontré chez Péchiney où il a occupé plusieurs postes de responsabilité jusqu‘en 1996.

Selon Le Figaro, la préférence de Dongfeng allait à un troisième homme, Philippe Varin, l‘actuel président du directoire qui s‘effacera le 31 mars et laissera la place à Carlos Tavares.

Parmi les autres révolutions en perspective au sein du conseil, un comité de groupe européen réuni mercredi a évoqué la possibilité, si un troisième représentant des salariés venait à être ajouté, qu‘il puisse émaner d‘une usine de PSA située à l‘étranger, a-t-on appris de deux sources syndicales. Selon l‘une d‘elles, il pourrait représenter l‘Espagne, où PSA compte, à Vigo, sa plus grosse usine dans le monde.

La famille Peugeot devra quant à elle se mettre d‘accord sur le nom des héritiers qui occuperont les sièges qu‘elle conservera dans la nouvelle configuration - deux administrateurs et un censeur. Actuellement, trois cousins siègent au conseil, Thierry, Robert et Jean-Philippe Peugeot, ainsi que Marie-Hélène Roncorini, soeur de Thierry.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below