6 mars 2014 / 17:54 / il y a 4 ans

Les banques grecques ont besoin de 6,4 milliards d'euros

La banque centrale grecque a déclaré jeudi qu'un test de résistance pratiqué sur les grandes banques grecques avait montré qu'il leur fallait 6,4 milliards d'euros de fonds propres supplémentaires pour surmonter d'éventuelles pertes à l'avenir. National Bank, la première banque du pays, doit notamment réunir 2,18 milliards d'euros de fonds propres supplémentaires. /Photo prise le 31 décembre 2014/REUTERS/Yorgos Karahalis

ATHENES (Reuters) - La banque centrale grecque a déclaré jeudi qu‘un test de résistance pratiqué sur les grandes banques grecques avait montré qu‘il leur fallait 6,4 milliards d‘euros de fonds propres supplémentaires pour surmonter d‘éventuelles pertes à l‘avenir.

Le test a été effectué en décembre par le fonds d‘investissement BlackRock pour déterminer si la recapitalisation, l‘an passé, de 28 milliards d‘euros des quatre grandes banques grecques leur permettrait d‘absorber de nouveaux chocs.

L‘examen de BlackRock portait aussi sur les banques plus petites Attica Bank et Panellinia Bank.

Les résultats n‘ont pas été officiellement avalisés par le Fonds monétaire international et l‘Union européenne, qui eux estimaient les besoins des banques grecques à plus de huit milliards d‘euros, selon une source.

Ils seront de toute façon remis en cause dans quelques mois avec la revue de la qualité des actifs des banques européennes et les tests de résistance qui seront organisés à l‘échelle du continent avant que la Banque centrale européenne n‘assume sa nouvelle fonction de superviseur unique du secteur.

La Banque de Grèce précise que National Bank, la première banque du pays, devra réunir 2,18 milliards d‘euros de fonds propres supplémentaires, tandis que le déficit de fonds propres d‘Eurobank est estimé à 2,945 milliards d‘euros. Piraeus Bank et Alpha ont des déficits estimés à 425 et 262 millions d‘euros respectivement.

National Bank a fait savoir qu‘elle couvrirait ses besoins sans avoir à solliciter les investisseurs. Elle a précisé que le résultat la concernant résultait principalement d‘un scénario “extrême” pour sa filiale turque Finansbank.

Piraeus Bank, la deuxième banque du pays, a annoncé à l‘inverse un projet d‘augmentation de capital pouvant atteindre 1,75 milliard d‘euros.

La Banque de Grèce a donné aux banques jusqu‘à la mi-avril pour annoncer comment elles couvriront leurs besoins.

Pour renforcer leurs fonds propres, les établissements peuvent céder des actifs, lancer des programmes d‘économies, augmenter leur capital ou faire appel au fonds national de sauvetage bancaire, le HFSF, qui est l‘actionnaire majoritaire des quatre principales banques.

Celui-ci a dit jeudi être disposé à fournir des capitaux.

Par le passé, la banque centrale avait indiqué que le HFSF avait un matelas de huit à neuf milliards d‘euros pouvant servir en cas de besoin.

La publication des résultats du test a été repoussée pendant des mois en raison d‘un différend entre la Grèce et ses bailleurs de fonds internationaux portant précisément sur les besoins de fonds propres des banques locales.

George Georgiopoulos, Wilfrid Exbrayat et Véronique Tison pour le service français, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below