25 février 2014 / 18:14 / il y a 4 ans

Le PDG de Veolia devrait survivre au nouveau putsch

PARIS (Reuters) - L‘absence de candidature de David Azéma à la présidence de Veolia Environnement accrédite l‘hypothèse d‘un renouvellement en avril du mandat de l‘actuel PDG Antoine Frérot, estiment des sources proches du dossier.

L'absence de candidature de David Azéma à la présidence de Veolia Environnement accrédite l'hypothèse d'un renouvellement en avril du mandat de l'actuel PDG Antoine Frérot, estiment des sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

Réagissant à des informations qui circulaient depuis une dizaine de jours, le directeur général de l‘Agence des participations de l‘Etat (APE) David Azéma a précisé mardi à Reuters n‘avoir reçu “aucune sollicitation ferme” du comité des nominations de Veolia pour occuper le poste.

La presse avait révélé mi-février qu‘il avait le soutien de la famille Dassault, deuxième actionnaire du groupe derrière la CDC, à l‘approche de l‘échéance du mandat actuel d‘Antoine Frérot, qui interviendra le 24 avril lors de l‘assemblée générale des actionnaires de Veolia.

“Je pense (que Frérot) ne va pas être remplacé. S‘ils décident de le virer, nous sommes dans une crise de gouvernance. Aujourd‘hui, il y a 99 chances sur 100 que cette boîte (le) renouvelle”, a-t-on déclaré à Reuters de source proche du dossier.

“Frérot pense, sans doute à juste titre, qu‘entre deux maux -celui de se mettre en danger de n‘avoir personne en le sortant et celui de le reconduire, ils préfèrent encore le reconduire faute de pouvoir gérer une période de transition”, ajoute cette même source, qui figure parmi les opposants à Antoine Frérot.

Selon cette source, une partie du conseil d‘administration continue de s‘opposer fermement au PDG, en poste depuis 2010, qui a déjà dû surmonter plusieurs tentatives d‘éviction dont une menée avec le soutien d‘Henri Proglio, actuel PDG d‘EDF et ancien président de Veolia.

Selon une autre source proche du dossier, quatre des 17 administrateurs de Veolia s‘opposent clairement à Antoine Frérot à l‘approche d‘un autre conseil, prévu le 11 mars, qui doit se prononcer notamment sur le renouvellement ou non de son mandat et de celui du représentant de Dassault, Olivier Costa de Beauregard.

“PAS D‘ALTERNATIVE”

“Le dessous de l‘histoire, c‘est qu‘une majorité relative du conseil veut se débarrasser d‘Antoine Frérot, c‘est très clair et ça reste vrai. Cette majorité a cherché un profil pendant un an et demi et en a trouvé un. Mais elle n‘a pas maintenu la discrétion sur ce profil, ce qui aurait permis de gérer les choses”, a souligné la première source proche du dossier.

Selon une information du site internet de L‘Express, Antoine Frérot pourrait cependant compter sur le soutien affiché de deux administrateurs, Louis Schweitzer et Serge Michel, qui souhaiteraient ajouter un point à l‘ordre du jour d‘un conseil d‘administration prévu mercredi afin que celui-ci renouvelle sa confiance au PDG.

Son éviction apparaîtrait en outre comme un désaveu d‘une stratégie de désendettement, de cessions d‘actifs et de restructurations jusqu‘ici validée par le conseil de Veolia et ne serait pas forcément du goût du marché.

Selon les représentants de deux des principaux actionnaires institutionnels du groupe interrogés par Reuters, Antoine Frérot a le mérite d‘avoir jusqu‘ici respecté sa feuille de route.

“Je crois qu‘il n‘y a pas d‘alternative. Si quelqu‘un a un meilleur plan, je ne l‘ai pas vu”, a déclaré l‘un d‘entre eux.

“C‘EST CHAUD POUR LUI À CHAQUE FOIS”

Selon un autre, “il n‘y a pas de raison de sortir Frérot”, “à moins que quelque chose de dramatique apparaisse lorsqu‘ils vont présenter leurs résultats (jeudi NDLR)”.

“Nous sommes actionnaires de Veolia car le plan présenté en 2011 est bon et que nous voulons le voir mis en oeuvre.”

Antoine Frérot a d‘ailleurs défendu cette idée lors d‘une journée de présentation de sa stratégie, début février: “En matière de désendettement et de transformation du bilan, de très loin le plus gros est fait (...). En revanche, la transformation du commerce et des métiers, elle, démarre à fond et va durer sur plusieurs années.”

“Vous le voyez, ma vision ne s‘arrête pas au mois d‘avril.”

Reste qu‘une éventuelle reconduction du PDG ne se ferait pas sans tensions et que ses moindres faux pas pourraient être sanctionnés.

“Frérot remet son mandat en jeu à chaque conseil d‘administration, c‘est chaud pour lui à chaque fois”, estime une source syndicale.

Veolia n‘a pas souhaité commenter ces informations.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below