for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Le cardinal Becciu, démis de sa fonction au Vatican, dément toute malversation

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le cardinal italien Giovanni Angelo Becciu, démis jeudi soir de ses puissantes fonctions à la tête de la congrégation chargée de nommer les saints de l’Eglise catholique au Vatican, a déclaré vendredi avoir été accusé de détournement de fonds et de népotisme par le pape François.

Le cardinal italien Giovanni Angelo Becciu, démis jeudi soir de ses puissantes fonctions à la tête de la congrégation chargée de nommer les saints de l'Eglise catholique au Vatican, a déclaré vendredi avoir été accusé de détournement de fonds et de népotisme par le pape François. /Photo prise le 25 septembre 2020/REUTERS/Guglielmo Mangiapane

S’exprimant devant la presse au lendemain de sa spectaculaire disgrâce, Giovanni Angelo Becciu a démenti toute malversation et a assuré être toujours prêt à donner sa vie pour le souverain pontife.

Il a qualifié de “surréaliste” l’entretien au cours duquel François lui a annoncé jeudi soir sa mise à l’écart.

“J’étais blanc comme un linge. Ce n’était assurément pas un bon moment. Cela m’a fait l’effet d’une bombe”, a-t-il dit. “Il souffrait quand il me l’a dit.”

Dans un communiqué laconique diffusé jeudi soir, le Vatican a annoncé que Giovanni Angelo Becciu renonçait à sa fonction de préfet de la Congrégation pour la cause des saints mais aussi à ses droits liés au cardinalat, ce qui couvre notamment sa participation à un éventuel conclave pour élire un nouveau pape.

Selon le compte-rendu qu’il a fait de son entrevue avec François, ce dernier lui a dit: “Je n’ai plus confiance en vous.”

Le cardinal Becciu a déclaré que sa renonciation n’était pas liée au scandale provoqué par l’investissement effectué par la secrétairerie d’Etat dans un immeuble de luxe à Londres du temps où il était numéro deux de cet organe diplomatique du Vatican, jusqu’en 2018.

LES FRÈRES DU CARDINAL IMPLIQUÉS

Plusieurs intermédiaires avaient été impliqués dans cette transaction et l’enquête a abouti l’an dernier à la suspension de cinq employés du Vatican, à la démission du chef de la police du “Saint-Siège” et au départ de l’ancien patron de l’Autorité d’information financière du Vatican.

Le cardinal Becciu a en revanche reconnu vendredi avoir fait verser, du temps où il était secrétaire d’Etat adjoint, 100.000 euros du Denier de Saint-Pierre, oeuvre de charité du Vatican, à un diocèse de sa Sardaigne natale afin que ces fonds soient utilisés par un groupe d’aide aux migrants dirigé par l’un de ses frères.

Il a aussi facilité le versement d’une contribution d’environ 300.000 euros à la conférence des évêques d’Italie pour la même cause.

Le cardinal Becciu, selon lequel le pape François tient ses informations de magistrats italiens et du Vatican, a dit être aussi accusé de népotisme dans ses précédentes fonctions de nonce apostolique en Angola et à Cuba.

Il a expliqué avoir recouru aux services d’un autre frère, patron d’une entreprise de charpenterie, pour des travaux de restauration dans les deux ambassades en raison de la difficulté à trouver des ouvriers qualifiés et les matériaux nécessaires dans ces pays.

Il s’est défendu d’avoir jamais voulu enrichir sa famille.

“Je suis abasourdi. Tout cela est surréaliste pour moi. C’est un malentendu. Je suis prêt à tout expliquer au pape. Je n’ai rien fait de mal”, a-t-il dit.

version française Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up