for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

La CEDEAO pourrait lever sous peu les sanctions contre le Mali

Les sanctions imposées au Mali dans la foulée du coup d'Etat qui a abouti au renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta pourraient être levées dès l'investiture de son successeur par intérim, a annoncé mercredi le médiateur de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDAO). /Photo prise le 15 septembre 2020/REUTERS/Francis Kokoroko

BAMAKO (Reuters) - Les sanctions imposées au Mali dans la foulée du coup d’Etat qui a abouti au renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta pourraient être levées dès l’investiture de son successeur par intérim, a annoncé mercredi le médiateur de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDAO).

Cette annonce suggère que les Etats de la CEDEO, pourraient accepter le choix de la junte de placer au pouvoir l’ancien ministre de la Défense Bah Ndaw le temps que durera la transitions qu’ils ont promis d’accompagner.

Les sanctions qui visent le Mali ont contribué à provoquer une baisse de 30% de importations maliennes auprès de ses voisins qui ont fermé leurs frontières et gelé les flux financiers.

“Je suis très content de ce qui se passe actuellement au Mali. Les jeunes militaires qui ont pris le pouvoir sont en train de faire un travail dans la droite ligne de ce que les chefs ont souhaité à Accra lors de la rencontre du 25 septembre”, a déclaré Goodluck Jonathan, l’ancien président du Nigeria et médiateur délégué par la CEDEAO.

Tiemoko Diallo; version française Nicolas Delame

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up