for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Liban: Le parti du président Aoun propose un compromis sur le gouvernement

Le parti chrétien maronite fondé par le président libanais Michel Aoun (photo) a formulé samedi une proposition de compromis visant à permettre la formation d'un gouvernement pour sortir le pays de la crise. /Photo d'archives/REUTERS/Dalati Nohra

BEYROUTH (Reuters) - Le parti chrétien maronite fondé par le président libanais Michel Aoun a formulé samedi une proposition de compromis visant à permettre la formation d’un gouvernement pour sortir le pays de la crise.

Quatre jours après la date limite du 15 septembre que leur avait fixé le président français Emmanuel Macron, les forces politiques libanaises n’ont toujours pas réussi à s’entendre sur la composition du nouveau gouvernement, en raison notamment de l’insistance du Hezbollah chiite et de ses alliés d’Amal à obtenir le ministère des Finances.

Pour sortir de l’impasse, le Courant patriotique libre a suggéré de confier les ministères régaliens aux confessions minoritaires - druzes, arméniens, alaouites et minorités chrétiennes -, une révolution dans un pays où le pouvoir est traditionnellement partagé entre maronites, chiites et sunnites, les trois principales communautés.

La proposition a été formulée par le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, qui est aussi le beau-fils de Michel Aoun et un allié politique du Hezbollah.

La France a appelé “instamment” vendredi les forces politiques libanaises à s’entendre “sans délai” sur la formation d’un gouvernement.

Edmund Blair, version française Tangi Salaün

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up