for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Le Liban dispose d'au moins quatre mois de stocks de farine

Le Liban dispose de stocks de farine suffisants pour quatre mois et ne risque pas de pénurie, a assuré mercredi le ministre libanais de l'Economie, Raoul Nehme, sur Twitter. L'explosion qui a dévasté une partie de Beyrouth le 4 août détruit le silo du port dans lequel étaient stockées la totalité des réserves de céréales - privées - du pays et a ravagé le principal point d'entrée des importations au Liban. /Photo prise le 12 août 2020/REUTERS/Alkis Konstantinidis

BEYROUTH (Reuters) - Le Liban dispose de stocks de farine suffisants pour quatre mois et ne risque pas de pénurie, a assuré mercredi le ministre libanais de l’Economie, Raoul Nehme, sur Twitter.

L’explosion qui a dévasté une partie de Beyrouth le 4 août, faisant au moins 171 morts, 6.000 blessés et des centaines de milliers de sans-abri, a détruit le silo du port dans lequel étaient stockées la totalité des réserves de céréales - privées - du pays et a ravagé le principal point d’entrée des importations au Liban.

Le Liban dispose de 32.000 tonnes de farine en plus des 110.000 tonnes qu’il a déjà reçues ou qu’il doit recevoir au cours des deux prochaines semaines, “ce qui signifie que nous avons un stock suffisant pour quatre mois”, a écrit Raoul Nehme sur Twitter.

“Il n’y a ni crise des stocks, ni crise du pain !”, a-t-il ajouté.

Dans un rapport publié mardi par les Nations unies, les réserves de farine du Liban étaient estimées à un niveau permettant de couvrir six semaines de consommation.

Une cargaison de 17.500 tonnes de farine adressée par le Programme alimentaire mondial (PAM) doit arriver à Beyrouth dans les dix prochains jours, première étape d’une livraison programmée de 50.000 tonnes au total.

Reuters a rapporté vendredi que le gouvernement libanais, à la différence de nombreux pays dépendants des importations, n’avait pas mis en réserve des stocks stratégiques de farine et que l’ensemble des stocks privés de céréales avaient été détruits dans l’explosion. Selon Raoul Nehme, le Liban a le projet de mettre en place une réserve stratégique de 40.000 tonnes de farine qui ne s’est pas encore matérialisé.

Dans un pays déjà confronté à une crise économique et financière, ainsi qu’aux répercussions de l’épidémie de COVID-19, l’explosion a accentué les inquiétudes sur la sécurité alimentaire d’un pays d’environ six millions d’habitants, qui a par ailleurs accueilli plus d’un million de réfugiés syriens.

Le gouvernement libanais a démissionné mardi mais reste chargé de la gestion des affaires courantes en attendant la formation d’une nouvelle équipe.

Ellen Francis; version française Myriam Rivet, édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up