for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Coronavirus: Rouvrir les écoles est une priorité nationale, dit Boris Johnson

LONDRES (Reuters) - Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, déclare dimanche qu’une réouverture des écoles en septembre est un impératif social, économique et moral.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, déclare dimanche qu'une réouverture des écoles en septembre est un impératif social, économique et moral. /Photo prise le 20 juillet 2020/REUTERS/Jeremy Selwyn

Dans une tribune publiée par le Mail on Sunday, il en fait une priorité nationale.

Selon le Sunday Telegraph, Johnson a déclaré cette semaine à son cabinet que dans l’éventualité de futurs reconfinements, localisés ou non, les écoles devraient être les derniers lieux à devoir fermer.

“Le PM a souligné (lors d’une réunion jeudi) que les méfaits pour l’éducation des enfants, de même que pour leur santé mentale, en ne se rendant pas à l’école étaient beaucoup plus dévastateurs que le faible risque posé (par le coronavirus), que les écoles vont gérer avec précaution”, rapporte le Sunday Telegraph, citant une source non identifiée.

Les écoles ont fermé en mars en Angleterre dans le cadre d’un confinement national, sauf pour les enfants des travailleurs essentiels.

Elles ont rouvert en juin pour un nombre restreint d’écoliers mais le gouvernement veut que tous les écoliers retournent en classe début septembre.

“Laisser nos écoles fermées plus longtemps que ce qui est absolument nécessaire est socialement intolérable, économiquement insoutenable et moralement indéfendable”, écrit Boris Johnson dans le Mail on Sunday.

“Cette pandémie n’est pas terminée, et la dernière chose que nous puissions nous permettre serait de relâcher notre vigilance, mais à présent que nous en savons suffisamment pour rouvrir en sécurité les écoles à tous les élèves, nous avons le devoir moral de le faire.”

Boris Johnson met en avant le coût économique des écoles fermées pour les parents contraints de garder leurs enfants à domicile et, à plus long terme, les effets sur le niveau d’éducation et de formation de la “génération Covid”.

Dans une étude publiée cette semaine, des chercheurs de l’University College de Londres et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine préviennent que la Grande-Bretagne pourrait faire face à une deuxième vague, deux fois plus virulente, de l’épidémie liée au nouveau coronavirus si elle rouvre ses écoles sans avoir mis en place au préalable un système efficace permettant de tester et de suivre les personnes contaminées.

Sarah Young avec Kanishka Singh à Bangalore; version française Jean Terzian et Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up