for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Coronavirus: Plus de 2 millions de cas en Inde, grève du personnel médico-social

BOMBAY (Reuters) - L’Inde est devenue vendredi le troisième pays à franchir le seuil des deux millions de contaminations par le nouveau coronavirus - après les Etats-Unis et le Brésil - alors que 3,5 millions de travailleurs médico-sociaux chargés des campagnes de dépistage entamaient une grève de deux jours pour réclamer une hausse des salaires et des équipements de protection adaptés.

L'Inde est devenue vendredi le troisième pays à franchir le seuil des deux millions de contaminations par le nouveau coronavirus - après les Etats-Unis et le Brésil - alors que 3,5 millions de travailleurs médico-sociaux chargés des campagnes de dépistage entamaient une grève de deux jours pour réclamer une hausse des salaires et des équipements de protection adaptés. /Photo prise le 6 août 2020/REUTERS/Adnan Abidi

Le ministère indien de la Santé a fait état d’une progression record du nombre de nouvelles contaminations, avec 62.538 cas répertoriés en 24 heures qui portent à 2,03 millions le nombre total d’infections recensées depuis le début de l’épidémie dans le pays.

Longtemps concentrée dans les grandes métropoles indiennes, l’épidémie s’étend désormais de plus en plus aux petites villes et aux zones rurales.

En dépit du nombre élevé de cas de contaminations, les experts estiment que le pic épidémique ne devrait être atteint que dans plusieurs mois et la pression devrait donc encore s’accentuer sur le système de santé de ce pays de 1,3 milliard d’habitants, déjà débordé.

En première ligne face à cette crise sanitaire, les travailleurs médico-sociaux du pays (Accredited Social Health Activists, ou “Asha”), qui gèrent normalement les soins courants dans les quartiers pauvres sans accès direct au système de santé, ont été chargés de repérer les cas de contamination lors de campagnes de porte-à-porte.

Selon un représentant syndical impliqué dans le mouvement de contestation, le bilan des décès chez ces soignants s’établirait désormais à une centaine, sans que le gouvernement n’ait réagi.

Au total, dix syndicats représentant ces travailleurs médico-sociaux (parmi lesquels figurent également les conducteurs d’ambulances ou les cuisiniers des centres communautaires par exemple), ont rejoint ce mouvement de grève.

La plupart d’entre eux sont des contractuels touchant un salaire d’environ 3.000 roupies par mois (environ 34 euros).

Depuis la mi-juin, l’Inde fait état d’une moyenne de 50.000 contaminations supplémentaires par le SARS-CoV-2 chaque jour, mais les experts estiment que le dépistage reste largement insuffisant, avec un taux de 16.035 tests par million d’habitants.

Seule consolation pour le gouvernement indien, le taux de mortalité reste pour l’instant relativement faible, autour de 2%, ce qui représente tout de même près de 41.600 décès à ce jour.

La mortalité liée à l’épidémie de COVID-19 est toutefois probablement sous-estimée puisque seuls les décès survenus chez des personnes ayant été dépistées pour le nouveau coronavirus sont recensés dans ce bilan.

Shilpa Jamkhandikar, avec Anuron Kumar Mitra et Derek Francis à Bengalore et Jatindra Dash à Bhubaneswar; version française Camille Raynaud et Myriam Rivet, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up